"On imagine pas qu'un stade ne puisse pas être construit"

, modifié à
  • A
  • A
4:02
© MAXPPP
Le plus d'Europe 1 matin est une chronique de l'émission Europe 1 matin - Bruce Toussaint
Partagez sur :

La France a été battue 3-0 par le Brésil en match amical à un an de la prochaine coupe du monde.

Ce matin à 7h15, Maxime Switek recevait Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques. Il s'exprimait à propos du Brésil, qui accueillera le Mondial dans un an. Ses principales déclarations :

Les Brésiliens sont en retard ?

"Oui, mais comme l'étaient Afrique du Sud et Grèce avant la Coupe du monde 2010 ou les J.O. 2004. C'est un événement extrêmement important en terme d'intérêt et même d'honneur national. Il y des retards par rapport aux stades ; ils seront prêts à temps mais il y aura un surcoût, comme c'est traditionnel pour ces grands événements sportifs mondialisés. Pour un pays émergent comme le Brésil et surtout sur le football, c'est une question d'image, surtout que les JO suivent deux ans plus tard : le Brésil a un double rendez-vous avec le monde, un double rendez-vous avec sa réputation sur la scène internationale."

6 stades terminés sur 12, qu'est-ce qui coince ?

"Le coût, les procédures, du retard a été pris par une sorte d'impréparation des cadres brésiliens... Le calendrier accélère, ils paieront plus cher pour être prêt à temps. On n'imagine pas à la FIFA ou au Brésil qu'un stade ne puisse pas être construit. En Ukraine pour l'euro 2012, les stades et les infrastructures ont été prêts à quelques jours du lancement..."

A propos de la sécurité :

"Les choses se sont améliorées. La sécurité reste un défi, que ce soit au Brésil ou dans les autres pays, rappelez-vous ce qu'on disait sur l'Afrique du Sud en 2010, on disait que la sécurité serait un souci, que les femmes ne pourraient pas venir... Il ne s'est rien passé de négatif ! Un gros effort de sécurité a été fait par rapport au Mondial mais aussi par rapport aux enjeux du vivre au quotidien au Brésil. On n'est jamais sûrs d'une sécurité absolue, on sait que le problème de la sécurité est très fort au Brésil, le gouvernement le prend à bras le corps. On peut penser que surtout pendant la durée du Mondial et des JO, le dispositif policier sera là pour rassurer tout le monde..."

Donc aucun souci pour les supporters français à aller au Brésil ?

"On espère d'une part qu'ils pourront y aller, ce qu'on a vu hier fait un peu peur, il faut encore que la France se qualifie... On ne peut pas dire qu'on est toujours en sécurité absolue, mais il faut bien voir que l'image que donne la réception d'un événement de ce type va marquer durablement le Brésil. Tout sera fait pour les stades, les aéroports, les infrastructures, la sécurité, soient au rendez-vous..."