Un Tchèque à la tête du Monde, une nouvelle série française créée par Netflix et la finale de Pékin express

  • A
  • A
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Le Tchèque Daniel Kretinsky devrait mettre la main sur 60% du capital du journal Le Monde, Netflix va produire une nouvelle série française intitulée "Marianne", le magazine Têtu sort un nouveau numéro tandis que M6 annonce la date de diffusion de la finale du Pékin express.

On commence ce journal des médias avec l’histoire d’un homme d’affaires tchèque qui sera bientôt chef du Monde.
Ainsi va la vie de Daniel Kretinsky. Après avoir racheté un certain nombre de titres de presse au groupe Lagardère comme Elle et Télé 7 Jours, le voilà associé au banquier d’affaires Matthieu Pigasse et prêt à mettre la main sur 60% du capital du Monde à l’horizon 2021.
Le magazine Challenges a révélé ce mardi que les deux hommes sont en train de négocier le rachat des parts détenues par le groupe espagnol Prisa et la moitié de celles aujourd’hui entre les mains de l’héritier de Pierre Bergé.
Un changement qui risque de créer des remous au sein du quotidien où les manœuvres capitalistiques de Pigasse ont du mal à passer. Quant à Daniel Kretinsky, l’homme d’affaires tchèque dont la fortune est estimée à trois milliards de dollars, le voilà en train de doucement mais sûrement étend son emprise dans la presse française.
Après Marseille, Osmosis ou encore Plan coeur, Netflix dégainera une nouvelle série française le 13 septembre.
Marianne, c’est le nom de cette nouvelle production Netflix. Une série d’horreur qui doit permettre au site de vidéos à la demande de captiver les adolescents, désormais une des cibles privilégiées de Netflix.
Mais rien ne dit que la mission sera réussie. Comme me le disait un dirigeant de l’entreprise américaine il y a quelque temps, en France, Netflix n’a pas encore réussi à faire un "break through". Comprenez : une percée. Pas de "Casa de papel" venue d’Espagne ou de "Dark" produite en Allemagne. En France, malgré un certain nombre d’investissements, Netflix ne trouve pas la recette.
Est-ce que Marianne changera la donne ? À voir… En tout cas, même si les productions françaises de Netflix laissent à désirer, cela n’empêche pas le service d’engranger les abonnés avec plus de cinq millions aux dernières nouvelles.
Un nouveau numéro du magazine Têtu ce mercredi chez les marchands de journaux.
Deux jeunes garçons et une légende "Aimons nous les uns les autres" pour cette édition automne du magazine qui traite de l’actualité LGBT+.
Au menu de cette nouvelle édition du trimestriel, un entretien avec Roselyne Bachelot pour revenir sur les 20 ans du PACS. Vous vous souvenez sûrement des violentes débats qui avaient agité l’Assemblée nationale à l’époque. Un article sur les nudes, les photos dénudées que l’on s’envoie parfois par téléphone. Si vous êtes amateurs, vous serez ravis d’apprendre que des applis permettent maintenant de monétiser vos nudes et que vous pouvez gagner entre 50 et 200 euros par photo, comme le raconte un témoin.
Tout autre sujet dans Têtu, une enquête sur les grosses difficultés à pouvoir vivre son homosexualité dans les cités. On écoute à ce sujet Antoine Patinet , le directeur adjoint de la rédaction de Têtu au micro de notre journaliste Louise Bernard…
Un peu plus d’un an après la relance du projet Têtu, un site internet puis le retour de la version papier, le magazine semble retrouver des couleurs. Preuve en est, le numéro été qui a beaucoup fait parler de lui grâce à sa double Une sur la première Madonna (icône gay s’il en est) et Antoine Griezmann pour parler de l’homosexualité dans le foot, un sujet encore tabou. On écoute à nouveau Antoine Patinet concernant Grizou.
Pékin Express, la finale, c’est pour bientôt !
M6 vient d’annoncer que l’ultime épisode de sa course serait diffusé le jeudi 19 septembre. Après 10 étapes et plus de 10.000 kilomètres, les concurrents s’affronteront dans les rues de Bogota, la capitale de la Colombie avec l’espoir de décrocher un pactole pouvant grimper jusqu’à 100.000 euros.
Mark Zuckerberg veut la peau de Snapchat.
Le grand patron de Facebook est passablement agacé par le succès de Snapchat et le succès de l’application de messagerie éphémères chez les jeunes.
Un succès qu’il avait vu venir puisqu’en 2013, Zuckerberg avait tenté de racheter Snapchat. Il était même prêt à signer un chèque de trois milliards de dollars mais le fondateur de Snapchat lui avait répondu "merci mais non merci". Et ça, il n’a pas aimé.
Depuis, Zuckerberg tente de se venger et de réduire Snapchat à un vulgaire tas de cendre. Par exemple, en permettant aux utilisateurs de son application Messenger d’envoyer des messages éphémères, mais ça ne prend pas.
Il a également essayé de lancer une autre application appelée "Direct", mais là encore c’est un flop.

Comme Mark Zuckerberg est têtu, il a mis ses équipes sur un autre projet baptisé "Threads". Son objectif est de faciliter les échanges avec vos amis les plus proches. Pour l’heure pas de date de sortie pour cette nouvelle application de messagerie, mais les tests ont déjà commencé du côté de Menlo Park, le QG de Facebook dans la Silicon Valley.
Quant à Snapchat, c’est aujourd’hui un peu plus de 200 millions d’utilisateurs, une capitalisation boursière de 21 milliards de dollars et des pertes qui dépassent les 500 millions de dollars, rien que depuis le début de l’année.