Téléfoot J-4, des photos qui n’auraient jamais dû circuler, CNEWS qui fait du copier collé et Valérie Trierweiler remerciée

  • A
  • A
5:35
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

La chaîne Téléfoot sera lancée lundi avec différents abonnements. Une plainte a été déposée après la mort de huit personnes, dont six humanitaires français au Niger dimanche 9 août. Depuis dimanche, des clichés où l’on voit le corps de ces six Français et de leurs deux guides circulent sur Twitter. CNews est en boucle sur les mêmes sujets chaque jour. Le patron de la chaîne, Serge Nedjar, avait prévenu en déclarant "Il n’y aucune ligne politique sur CNews" dans Le Parisien. Valérie Trierweiller est remerciée de Paris Match après 31 ans.

La chaîne Téléfoot officialise ses abonnements. La chaîne se lance lundi. 

Téléfoot dans nos téléphones et sur nos tablettes grâce à une application du même nom pour 14,90 euros sans engagement. Vous n’aurez accès qu’aux matchs de Ligue 1 et Ligue 2 et pas à la Ligue des Champions ni à l’Europa League. 

Quelles sont les autres offres avec tous les matches ?

Une offre principale à 29,90 euros par mois. Avec une ristourne de quatre euros si vous vous engagez un an. Et 29,90 euros pour une offre couplée Netflix/Téléfoot mais avec impossibilité de résilier avant 12 mois. 

Où la chaîne est-elle disponible ?

Sur une appli spécialement créée, sur le site Internet de la chaîne et via les box SFR. Mais si vous êtes chez Orange, Bouygues, Free ou Canal, rien pour l’instant. Le premier match sera Marseille - Saint-Etienne. 

Une plainte a été déposée après la mort de huit personnes, dont six humanitaires français au Niger dimanche 9 août.

Depuis dimanche, des clichés où l’on voit le corps de ces six Français et de leurs deux guides circulent sur Twitter. Certaines familles sont tombés dessus. Une plainte a été déposée contre X pour démasquer ceux qui tweetent et retweetent, beaucoup de comptes d'extrême-droite et des comptes pro-djihad en l'occurrence. Cette plainte vise aussi Twitter qui a trop traîné avant de supprimer ces clichés ignobles. 

Une petite phrase du patron de la chaîne info du groupe Canal, Serge Nedjar prononcée fin juin dans Le Parisien. 

"Il n’y aucune ligne politique sur CNews", voilà pour la phrase. Mais sur CNews, il y a "L’Heure des Pros", l’émission de débat qui cartonne en fin de matinée.

Lundi à 9h44 ce titre s’affiche en gros "Maires, policiers, pompiers, l’autorité en question".
Jean Messina, du Rassemblement National, lui, semble connaître le dossier.

Les titres s'enchaînent à l’écran :

"Les maires face à la violence du quotidien", "Violences : une réponse pénale trop faible point d’interrogation".

10h06 : "Y a-t-il vraiment un ensauvagement de la société ?"

10h12 : "Remettre le policier au cœur de la société". 

10h41, CNews change de sujet. 

Mardi à 9h02, à nouveau "Le Ras le bol des maires agressés".

Robert Ménard, proche du RN et Florian Philippot, ex bras-droit de Marine Le Pen. Son parti,  Les Patriotes a rassemblé 0,6% des voix aux élections européennes.

9h16, CNews reprend exactement les mêmes ingrédients que la veille.

"Les maires face à la violence du quotidien" et "Y a-t-il vraiment un ensauvagement de la société ?", encore.

9h58, CNews s’arrête sur les chiens dangereux.

10h45, comme la veille, il est l’heure de reparler terrorisme.

9h30 mercredi, comme la veille et l’avant-veille... cette question... EN GROS... met encore posé : "Y a-t-il vraiment un ensauvagement de la société ?" Et un autre membre du RN.

9h33 : "Le vivre ensemble, désormais une utopie… point d'interrogation". Ou encore "Que faire face à la hausse de la violence point d’interrogation". Cnews tambourine avec les mêmes mots que ceux martelés 48 heures plus tôt.

"Maires, policiers, pompiers, l’autorité en question".

10h15. Copié collé du lundi. CNews refait le débat sur le terrorisme. 

En face, sur BFM, LCI, FranceInfo, rien de tout ça. mais beaucoup de Covid, de la canicule et du Niger.

Un départ à Paris Match.

Valérie Trierweiller est remerciée après 31 ans. La journaliste avait quitté le service politique en 2012 au moment où François Hollande s’installait à l’Élysée. Elle s’occupait depuis de la critique littéraire.