Samuel Etienne quitte provisoirement Twitch, un nouveau président pour Public Sénat et une nouvelle plainte pour agression déposée par un journaliste

  • A
  • A
8:13
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Samuel Etienne fait une pause sur sur Twitch. Le journaliste et animateur y proposait tous les matins une revue de presse. Christopher Baldelli, ancien directeur de France 2 et ex-patron de RTL, qva diriger Public Sénat, à partir du 1er juin. À l’occasion des 35 ans de la disparition de Simone De Beauvoir, Public Sénat propose un portrait de cette icône du féminisme, une des plus grandes autrices et philosophes françaises. Un journaliste d’un hebdomadaire local, le “Mémo de l’Isère”, a déposé plainte. Il affirme avoir été agressé par un agriculteur, alors qu’il était en reportage.

Samuel Etienne fait une pause. 

Pas à la télévision, mais sur Twitch. Le journaliste et animateur y proposait tous les matins une revue de presse, intitulée “La matinée est tienne”. Et c’est lors de ce rdv, ce jeudi, qu’il a annoncé sa décision à ses abonnés. Il faut dire que Samuel Etienne a un emploi du temps très chargé. Il présente chaque jour la matinale de la chaîne France Info et l’émission “Questions pour un champion”, sur France 3. Il est très occupé, donc et il pourrait l’être encore plus. Il a annoncé une “nouvelle aventure professionnelle” à ses abonnés, sur Twitch. Sans plus de précisions. Ça pourrait être Télématin. Il y a quelques semaines, le journal Le Parisien annonçait un changement à la tête de la matinale de France 2, pour l’instant présentée par Laurent Bignolas. Le nom du remplaçant n’est pour l’instant pas connu. 

Public Sénat change de président. 

C’est Christopher Baldelli, ancien directeur de France 2 et ex-patron de RTL, qui va diriger la 2e chaîne parlementaire, à partir du 1er juin. Il va remplacer Emmanuel Kessler, dont la candidature à un troisième mandat n’a pas été retenue. Autre candidat malheureux, Damien Fleurot, le chef du service politique de CNews.

Le focus programme du jour, c’est un documentaire sur Simone De Beauvoir à voir sur Public Sénat. 

À l’occasion des 35 ans de la disparition de Simone De Beauvoir, Public Sénat propose un portrait de cette icône du féminisme, une des plus grandes autrices et philosophes françaises. A qui l’on doit, entre autres, “Le Deuxième Sexe”. Un essai féministe traduit en 121 langues, vendu à des millions d’exemplaires dans le monde entier. Un féminisme très concret comme l’explique le documentaire. Comment est-elle devenue Beauvoir? C’est ce que raconte ce documentaire, à travaers les combats qu’elle a menés. Des combats encore d’actualité et c’est là tout l’intérêt du film. Le documentaire retrace la vie de Simone de Beauvoir de manière chronologique - avec le regard de plusieurs femmes, dont Leïla Slimani, Titiou Lecoq et Elisabeth Badinter. Et aussi et surtout grâce à des archives, où on découvre une Simone de Beauvoir, un peu différente de l’image qu’on a d’elle. Pour accompagner l’esprit rockstar, le montage est très moderne, très pop. Portrait d’une femme libre et inspirante samedi soir sur Public Sénat à 21h. “Beauvoir : l’aventure d’être soi” de Fabrice Gardel et Mathias Wechsler. 

L’adoption définitive d’un texte dont on a beaucoup parlé à l’automne dernier. 

 Il s’agit de la proposition de loi dite “sécurité globale” et plus particulièrement d’un de ses articles, l’article 24 qui pénalise la diffusion malveillante de l’image des forces de l’ordre. Un article qui a été réécrit pour le faire sortir du dorit de la presse, mais qui continue à sucister la colère des syndicats de journalistes. Le SNJ, par exemple, qui estime que ce texte va créer de l’autocensure dans les rédactions et empêcher les journalistes de faire leur travail. Il a annoncé son intention, avec d’autres organisation, de saisir le Conseil constitutionnel.

Un syndicat agricole condamne le sabotage de la voiture de la journaliste Morgan Large.

 Il s’agit de la section bretonne de la fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles. Elle a condamné, hier, ce qu’elle appelle les actes malveillants dont la journaliste a été victime. Cela dit, la FRSEA Bretagne affirme qu’elle n’en est pas responsable. Morgan Large avait affirmé avoir été désignée comme cible, après qu’une photo d’elle avait été publié sur le compte Twitter de l’organisation agricole. Morgan Large qui a porté plainte, avec RSF, mardi. 

Autre affaire, autre plainte, en Isère. 

Plainte déposée par un journaliste d’un hebdomadaire local, le “Mémo de l’Isère”. Il affirme avoir été agressé par un agriculteur, alors qu’il était en reportage. Il prenait une photo de son champ qui est au centre d’un conflit entre partisans et opposants à l’installation d’une piste d’ULM.

Un changement majeur pour le site de l’agence Reuters.

Il va devenir payant à 34,99 dollars par mois. Cela dit, il sera encore consultable gratuitement pendant la période de lancement, dans la limite de cinq articles. Ce changement de modèle va s’accompagner d’un changement de fond et de forme. Le site va faire peau neuve et il proposera des informations qui n’étaient pas disponibles sur le site. Des informations pointues sur plusieurs secteurs comme l’énerie, la santé, l’automobile. L’objectif de Reuters est d’attirer une clientèle professionnelle. 

Une image d’espoir récompensée par le World Press Photo.

 Prestigieux prix remis au Danois Mads Nissen pour une photo prise au Brésil, en août dernier. On y voit une dame âgée enlacée par une infirmière, protégée par du plastique. C’était la première étreinte en cinq mois pour cette femme de 85 ans, pensionnaire  d’une maison de de repos de Sao Paulo.