L’inquiétude des salariés de Prisma, la panne de Google, la pub du futur, un monde post-Covid et un peu de joie de Noël

  • A
  • A
7:26
Le journal des médias est une chronique de l'émission Le club de l'été
Partagez sur :

Le groupe contrôlé par Vincent Bolloré est entré en négociations exclusives pour racheter le premier groupe de magazines en France, Prisma Media, composé de "Capital", "Télé Loisirs", "Voici", ou encore "Femme actuelle". Un nouveau numéro de la série documentaire “Ils font bouger les lignes” sera diffusé ce mardi soir sur France 5 avec Europe 1. Lorie Pester va faire son retour dans “Demain nous appartient”. En début d’année prochaine que la série “The Resident” sera de retour aux Etats-Unis, mais dans un monde post-Covid.

Les suites de l’annonce de Vivendi ce lundi

Le groupe contrôlé par Vincent Bolloré est entré en négociations exclusives pour racheter le premier groupe de magazines en France, Prisma Media, composé de “Capital”, “Télé Loisirs”, “Voici”, ou encore “Femme actuelle”. Les salariés de Prisma l’ont appris en même temps que nous, juste avant 9h.  Un mot est sur toutes les lèvres : la surprise. « On a été sonnés » c’est ce que nous ont confié plusieurs journalistes de différentes rédactions du groupe. Ils n’avaient eu vent d’aucune rumeur de rachat. Deuxième effet de surprise : le nom du repreneur potentiel, Vincent Bolloré, qui suscite quelques inquiétudes en interne. Des craintes pour les emplois mais aussi sur l’indépendance éditoriale. Un journaliste du groupe Prisma Media s’interroge, par exemple, sur l’avenir du magazine Capital, qui fait de l’investigation économique. L’investigation, un genre disparu de Canal + après sa reprise par Vincent Bolloré. En 2015, il aurait empêché la diffusion d’un Spécial Investigation sur le Crédit Mutuel, selon Médiapart. D’autres journalistes citent comme source d’inquiétudes la transformation d’iTele en CNews ou encore le récent licenciement de Sébastien Toen après un sketch parodiant la chaîne info du groupe Canal+.

La direction de Prisma Media a rappelé que le rachat n’était pas encore acté mais l’exclusivité des négociations indiquerait que c’est en bonne voie. C’était lors d’une réunion en visioconférence avec plus de 1000 salariés du groupe hier matin. Une direction rassurante et même optimiste. D’après elle, le rachat serait « une belle opportunité » pour Prisma Media, avec des possibilités de développement. C’est ce qu’indique aussi le communiqué de presse de Vivendi. Ça n’a pas empêché le patron du groupe Rolf Heinz d’être très ému, au bord des larmes devant ses salariés, parlant même d’un « deuil » à faire de l’actionnaire allemand Bertelsmann. Le rachat pourrait avoir lieu très vite, d’ici trois à six mois. L’autre mot sur toutes les lèvres désormais, c’est donc l’attente. 

Ce lundi, vers 13h, une panne mondiale de Google a paralysé des millions d’utilisateurs

Elle a duré 45 minutes et concernait tous les services édités par Google qui nécessitent une authentification. En clair, vous pouviez sans problème faire des recherches sur la page Google.com, mais vous ne pouviez plus consulter votre compte GMail, ou regarder vos playlists sur YouTube, ni jouer à Pokemon Go. Dans un communiqué à l’AFP en fin de journée, Google s’est excusé et a promis de “mener un suivi approfondi” pour être sûr que la panne ne se reproduise plus.

TF1 se met à la publicité ciblée.

On l’appelle aussi la publicité segmentée. Le groupe a signé un premier contrat de ce type, avec Orange. Dans deux semaines, à partir du 1er janvier, les abonnés à Orange pourront voir des spots publicitaires personnalisés quand ils regarderont TF1. Ces pubs seront sélectionnées en fonction de leur localisation, de la composition de leur foyer ou de leurs habitudes. Mais il faudra avant tout qu’ils aient donné leur autorisation. TF1 n’est pas la première chaîne à franchir le cap. France Télévisions a été le premier groupe à s’engager, en signant un contrat avec Orange, et M6 lui a emboîté le pas en s’alliant avec Bouygues.

Un nouveau numéro de la série documentaire “Ils font bouger les lignes” ce soir sur France 5, dont Europe 1 est partenaire.

Cette fois, Olivier Delacroix s’intéresse au harcèlement en ligne. Le documentariste a interrogé plusieurs victimes, anonymes ou célèbres, de cette forme de harcèlement assez récente. Il explique le choix de se pencher sur internet et ses dangers à Louise Bernard. Les victimes interrogées racontent leur souffrance mais aussi comment elles ont décidé de se servir de cette expérience pour aller de l’avant. C’est ce combat qu’Olivier Delacroix souhaite mettre en avant. Olivier Delacroix au micro de Louise Bernard.

Lorie Pester va faire son retour dans “Demain nous appartient”

Elle a repris le tournage hier, après deux ans d’absence. C’est ce qu’a annoncé TF1 dans un communiqué. La chanteuse et comédienne va reprendre son personnage de Lucie dans le feuilleton quotidien de la Une. Diffusion attendue au début de l’an prochain.

C’est aussi en début d’année prochaine que la série “The Resident” sera de retour aux Etats-Unis, mais dans un monde post-Covid.

Ça sera le 12 janvier précisément, sur la chaîne Fox. Et les scénaristes ont tranché : pas question de parler de gestes barrières, de masques ou de tests PCR, contrairement à “Grey’s Anatomy” ou “This Is Us”, par exemple. La série, qui rencontre un joli succès sur TF1, se déroulera dans une réalité un peu alternative, où tout le monde ou presque aura déjà été vacciné et le COVID sera un mauvais souvenir. Les scénaristes n’ont pas voulu ignorer complètement son existence, au risque de manquer de respect aux soignants, mobilisés comme jamais en 2020. Mais ils ont préféré éviter de plomber les téléspectateurs en les replongeant dans le confinement et les risques de contamination. Quand la saison 4 arrivera en France, on l’espère, cette réalité alternative sera devenue réelle !