La fin des "Copains d'abord" sur M6, la fin de Dieudonné sur Tik Tok, Twitter qui veut investir et une nouvelle série américaine sur Canal+

, modifié à
  • A
  • A
5:56
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

M6 déprogramme sa série "Les Copains d’abord". Après YouTube, Facebook et Instagram, c’est au tour de TikTok de bannir Dieudonné M’Bala M’Bla, ex-humoriste converti à l’antisémitisme et au complotisme en tout genre. Twitter espère bien mettre la main sur l’application préférée des jeunes, Tik Tok. Les Etats-Unis débarque sur Canal+, avec une mini-série, "Mrs. America".

M6 déprogramme sa série "Les Copains d’abord".

Les Binarelli et les Capelin, c’est déjà fini. M6 est très déçue. Jeudi dernier, sa série estivale n’a réuni que 6% du public. Le couperet est tombé. Il est brutal, fatal, irrémédiable, sans appel. Les deux derniers épisodes ne seront jamais diffusées à la télé. Si vous voulez connaître la fin, ils vous faut désormais aller sur 6play, la plateforme de replay du groupe M6.

M6 qui n’a par contre pas retiré de sa grille un tout autre programme, “Les Reines du Shopping”.

Le 24 août, avec une semaine spéciale célébrités avec Roselyne Bachelot. Sous les yeux médusés de Cristina Cordula, Roselyne Bachelot doit choisir des chaussures. Élancées, étroites.. ou avec de grosses boules en argent, elle hésite.

M6 prend la peine de préciser dans cette bande annonce que le tournage a eu lieu à l’hiver, avant la crise du Covid et la nomination du gouvernement Castex.

Dieudonné encore une fois banni d’un réseau social. 

Et de quatre... Après YouTube, Facebook et Instagram, c’est au tour de TikTok de bannir Dieudonné M’Bala M’Bla, ex-humoriste converti à l’antisémitisme et au complotisme en tout genre. Frédéric Pottier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT, s’en réjouit. Mais il pose une question : “Qu’attend Twitter pour lui aussi fermer le compte de Dieudonné ?”

Peut-être parce que Twitter est occupé ailleurs. Le réseau social espère bien mettre la main sur l’application préférée des jeunes.

Twitter veut absolument racheter TikTok. C’est ce que nous apprend le Wall Street Journal. Twitter est la deuxième entreprise américaine à vouloir contrôler l’application. Microsoft, on vous en parlait la semaine dernière, est aussi dans les starting block.

 En attendant, ça continue de chauffer à la Maison Blanche sur le sort de cette application au succès fou, propriété d’un grand groupe chinois.

Donald Trump continue de clamer haut et fort que Pékin en profite pour espionner tous les petits Américains. Et au sommet du pouvoir, c’est dispute générale. Il y a ceux qui militent davantage pour un rachat par un grand fleuron du numérique made in America, comme Twitter. D’autres qui veulent l’interdire sans délai. Donald Trump s’est laissé jusqu’au 15 septembre pour voir comment les choses évoluent.

D’ailleurs, Tik Tok, on en parlait vendredi dernier, se fait copier par Instagram. Et voilà que ça continue.

A croire que les applis pour les jeunes n’ont plus d’idées pour rivaliser entre elles. Snap Chat va à son tour vous permettre de danser et de faire de courtes vidéos gaguesques avec de la musique synchronisée. L’appli pour pré-ado et ado vient de signer un gros accord avec Universal et Warner, deux des plus grandes maisons de disque. Vous aurez le choix dans tous les tubes de vos artistes préférées.

On ne sait pas si la Chine espionne vraiment les Américains avec Tik Tok. On sait en revanche qu’elle verrouille la liberté de la presse à Hong-Kong, une province semi-autonome qu’elle veut reprendre en main.

Sept heures du matin, heure de Hong-Kong, ce lundi. L’interphone sonne chez Jimmy Lai. Des policiers Hong-Kong sont là. Ils finissent par entrer, sans vraiment y avoir été invité, et arrêtent Jimmy Lai. Alors Jimmy Lai qui est-ce ? C’est un patron de presse, mais surtout un héros pour beaucoup de Hong-Hongais. Chaque jour, ils sont des milliers à lire ses journaux et ses tabloids. À la Une, des articles très critiques envers le pouvoir chinois, et des éditos qui réclament haut et fort plus de liberté et plus de démocratie dans cette province semi-autonome. Un héros pour les Hongkongais, un agitateur pour Pékin, qui l’accuse de vouloir déstabiliser le régime, aidé par des puissances étrangères.

Les États-Unis débarque sur Canal+, avec une mini-série, "Mrs. America".

Après le coup d’envoi hier soir en pleine canicule, Canal vient de mettre en ligne les premiers épisodes sur sa plateforme, MyCanal. 

“Mrs. America”, c’est une histoire vraie. Nous sommes dans les années 70 aux Etats-Unis. 

Phyllis Schlafly est une femme politique conservatrice. Enfin conservatrice !

Elle ne veut pas entendre parler d’égalité entre les sexes. Pour elle, les femmes, c’est à la maison, aux fourneaux, et avec les enfants, en attendant que monsieur rentre du travail pour gagner leur maison pavillonnaire. Forcément, elle croit beaucoup en Dieu et ait contre l’avortement. Pour jouer Phyllis Schlafy, rien de moins que Kate Blanchette.

Une série très populaire aux Etats-Unis, acclamée par la critique. Miss America est nominée quatre fois aux prochains Emmy Awards : meilleure série, meilleure actrice dans un rôle principal dans une mini-série (Cate Blanchett), meilleure actrice dans un second rôle dans une mini-série et meilleur scénario.