Il faut sauver sauver "Science & vie", des "Désirs de femmes" sur France 5, la chanson française à la fête et les podcasts d'Harry et Meghan

  • A
  • A
6:52
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Près de 300 universitaires et scientifiques ont co-signé une tribune, parue dans "Le Monde de l’éducation" pour sauver "Science & vie". Le "Doc Stupéfiant" que France 5 proposera ce mercredi soir en prime time est intitulé "Désirs de femmes". France 2 va à nouveau célébrer la chanson française et relance son émission "La Fête de la chanson française", pour soutenir autant que possible les artistes en cette période difficile. Le prince Harry et Meghan Markle se lancent dans le podcast, le couple princier vient de signer un contrat avec Spotify pour développer des podcasts. Ils en animeront certains, mais en produiront également d’autres auxquels ils ne participeront pas.

La mobilisation des universitaires et des scientifiques pour sauver "Science & vie"

Près de 300 d’entre eux ont co-signé une tribune, parue dans "Le Monde de l’éducation". Ils y dénoncent les pratiques du nouveau propriétaire du magazine, le groupe Reworld Media. On en avait parlé dans le journal, ils lui reprochent d’éditer le site internet de "Science et vie" sans avoir recours à des journalistes. La rédaction du magazine n’a même aucun accès au site, où circulent parfois de fausses informations, comme le rappelle cette tribune. 

Twitter va fermer Periscope

Le service de vidéo en direct va disparaître, c’est ce qu’a annoncé Twitter sur son blog. En cause : une baisse continue de son nombre d’utilisateurs. Et Twitter n’a pas tourné autour du pot : ce n’est plus soutenable financièrement. L’arrêt du service est prévu en mars, mais la plupart de ses fonctionnalités de base de Periscope seront intégrées à Twitter.

Le "Doc Stupéfiant" que France 5 proposera ce soir en prime time intitulé "Désirs de femmes"

Il est consacré aux désirs féminins, au pluriel. Le documentaire de 90 minutes s’intéresse à l’expression par les femmes de ces désirs, et c’est en ça qu’il se démarque d’autres regards qui ont déjà été portés sur cette thématique. C’est ce qu’a expliqué à Louise Bernard la co-réalisatrice du documentaire, Elise Le Bivic. Quand on parle du désir, on pense souvent en premier lieu au désir amoureux ou sexuel, mais le film va plus loin, et c’est pour ça qu’il s’appelle "Désirs de femmes" au pluriel. Elise Le Bivic au micro de Louise Bernard. "Le Doc Stupéfiant : Désirs de femmes", c’est ce soir à 20h55 sur France 5.

France 2 va à nouveau célébrer la chanson française

La chaîne relance son émission "La Fête de la chanson française", pour soutenir autant que possible les artistes en cette période difficile. Aux commandes, un binôme inédit : le musicien André Manoukian, bien connu des fans de "Nouvelle Star", et l’ex-Miss France et animatrice Laury Thilleman. C’est ce qu’a révélé ce mardi "Le Parisien". Ce nouveau numéro sera mis en boîte fin décembre, sur la scène de l’Olympia. Le tournage aura lieu quatre ans après la fin du programme, animé de 2005 à 2016 par Daniela Lumbroso. Cette dernière reste cependant la productrice de l’émission. Diffusion prévue sur France 2 en janvier prochain.

TF1 va diffuser sa toute première série italienne en prime time !

Ça sera le 6 janvier prochain. La chaîne dégainera "Doc", une série lancée au printemps dernier en Italie et qui a rencontré un succès impressionnant. 8,3 millions de téléspectateurs en moyenne pour les huit premiers épisodes de la saison, 7,5 millions pour la seconde, diffusée cet automne. C’est purement et simplement la série la plus fédératrice de la télé italienne en 2020.

Et ça parle de quoi ?

C’est l’histoire d’un médecin brillant et arrogant qui se fait tirer dessus par le père d’un patient. Quand il se réveille, il a oublié les 12 dernières années de sa vie. Ce n’est plus simplement un médecin, c’est aussi un patient, mais surtout, il ne se souvient plus qu’il a divorcé et qu’un de ses deux fils est mort. Un pitch très efficace. A voir si les téléspectateurs français y seront aussi réceptifs que leurs voisins italiens !

Le prince Harry et Meghan Markle se lancent dans le podcast !

Le couple princier vient de signer un contrat avec Spotify pour développer des podcasts. Ils en animeront certains, mais en produiront également d’autres auxquels ils ne participeront pas. Le point commun de tous ces programmes est l’objectif affiché par le couple : proposer des contenus pour divertir et inspirer les abonnés au géant du streaming audio. Le premier fruit de cette collaboration sera dévoilé avant la fin du mois. Il s’agira d’un podcast consacré aux fêtes de fin d’année et proposera aux auditeurs des histoires inspirantes. Ce contrat avec Spotify intervient quelques mois après l’accord conclu entre Harry et Meghan et un autre géant du streaming, Netflix. Ils produiront pour lui des films, des documentaires et des programmes pour enfants. Une stratégie qui rappelle celle de Barack et Michelle Obama, qui se sont eux aussi associés à Spotify et Netflix.

Un nouvel épisode du feuilleton opposant le gouvernement britannique à Netflix au sujet de la série "The Crown".

Le ministre de la Culture n’en démord pas : il souhaite que la plateforme de streaming affiche un avertissement avant tous les épisodes de la série britannique. Le sujet est revenu sur la table lors d’une commission parlementaire sur le projet du gouvernement d’imposer des règles aux géants du numérique, y compris Netflix. Le ministre a souligné le caractère particulièrement sensible de la quatrième saison de "The Crown", où arrivent les personnages de Lady Di et Margaret Thatcher, et où le prince de Galles et futur roi, Charles, a un rôle central. Il souhaite insister sur le fait que la série, certes basée sur des faits historiques, est avant tout "le fruit de l’imagination et des spéculations" de son créateur. L’opposition l’a accusé de prendre les téléspectateurs britanniques pour des idiots, mais le ministre n’en démord pas. De son côté, Netflix avait déjà répondu par la négative à un premier appel du gouvernement britannique. Le géant du streaming ne voyait aucune raison ni aucun intérêt à ajouter un avertissement avant "The Crown".