Grogne à la rédaction de "Science & Vie", l’AFP dans la tourmente, l’anniversaire de "The Voice" et le retour d'une émission culte sur France 2

, modifié à
  • A
  • A
9:57
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

La rédaction de "Sciences et vie" à adresser un courrier à sa nouvelle direction pour faire part de son inquiétude au sujet de l’avenir du magazine. Co,tactée pour participer au texte pour défendre la liberté d’expression, l'AFP a refusé de le faire ce qui a provoqué la colère de ses membres du Syndicat national des journalistes. Pour les 10 ans de The Voice, TF1 a décidé de proposer cinq coachs au lieu de quatre. Les noms ont déjà été annoncés et il s'agit de Zazia, Jenifer, Florent Pagny, Patrick Fiori et Mika. Ce vendredi, Hapsatou Sy animera une nouvelle déclinaison de "TPMP". Samedi soir, France 2 fait le pari de la nostalgie avec un prime de "Suprise sur prise".

Les tensions montent à la rédaction de "Sciences et vie".

L’ambiance n’est pas au beau-fixe dans l’équipe du mensuel. Il y a un an, le magazine a été racheté par le groupe Reworld Media. La société s’est offert le groupe Mondadori, auquel appartient "Sciences et vie", mais aussi "Auto Moto", "Closer" ou encore "Grazia". Montant de l’opération : 70 millions d’euros. Mais cette première année au sein du groupe Reworld Media ne s’est pas passée sans heurts. La rédaction de "Sciences et vie" en est arrivée à adresser un courrier à sa nouvelle direction pour faire part de son inquiétude au sujet de l’avenir du magazine.

De quoi les journalistes ont-ils peur précisément ?

Ils mettent en avant deux sujets : l’absence des embauches promises et des pratiques éditoriales discutables. En un an, un tiers des effectifs a quitté le magazine et Reworld Media s’était engagé à recruter trois nouveaux journalistes, une promesse restée lettre morte un an plus tard.

Mais, plus grave, la rédaction dénonce la publication d’articles dont elle n’a pas été informée, qu’elle n’a pas écrits ni même pu relire ! Ce n’est pas une journaliste mais une "chargée de contenu", employée directement par Reworld Media, qui a rédigé les articles en question, sans supervision de la rédaction.

Selon "Libé", c’est un fonctionnement assez classique dans les titres de presse rachetés par Reworld. Les rédactions sont réduites à peau de chagrin, puis des contenus payés par des marques sont écrits par ces "chargés de contenu" et publiés comme des articles traditionnels. De quoi pousser certains membres de l’équipe de "Science et vie" à envisager une démission collective.

L’AFP ne soutient pas Charlie.

C’était l’info média du jour mercredi dans "Culture Médias". Une centaine de titres de presse, de radios et de chaînes de télé ont publié un texte pour défendre la liberté d’expression, alors que "Charlie Hebdo" a fait l’objet de nouvelles menaces suite à la republication des caricatures de Mahomet. Tous les grands titres y figurent sauf un : l’AFP.

Ce n’est pas un oubli, l’Agence France Presse a bien été contactée pour signer ce texte, mais elle a refusé de le faire. Et en interne, ça a du mal à passer. Les membres du SNJ (le Syndicat national des journalistes) de l’AFP ont ainsi publié un communiqué assez virulent pour condamner cette décision et partager leur "consternation".

Comment la direction justifie-t-elle son refus de signer ?

Le SNJ révèle dans son communiqué les propos qu’aurait tenus la direction lors d’une conférence de rédaction. L’agence aurait mis en avant sa volonté de ne pas mettre en danger ses correspondants installés dans des pays musulmans, où le blasphème n’est pas un droit. L’AFP s’estime plus exposée dans ces pays que les médias qui ont accepté de signer cette lettre de soutien.

Cet argument n’est pas recevable, selon le SNJ, qui s’était déjà ému début septembre, quand l’AFP avait publié une version modifiée de la Une de "Charlie Hebdo" où apparaissaient les caricatures de Mahomet. Son communiqué se termine avec cette phrase : "La direction de l'AFP maltraite la Une de Charlie et boycotte une lettre de soutien à sa rédaction. Cette évolution, qui est une abdication, nous attriste et nous fait honte".

Une première mondiale pour les dix ans de "The Voice".

TF1 a décidé de proposer une double dose de son télé-crochet en 2021. En début d’année, Vianney, Amel Bent, Florent Pagny et Marc Lavoine seront assis dans les fauteuils rouges pour l’édition traditionnelle de "The Voice".

Puis, vraisemblablement à la place de "The Voice Kids", TF1 et le producteur ITV Studios France proposeront une deuxième édition de la version adultes à la rentrée pour fêter les dix ans de l’émission. On savait déjà que Mika et Zazie avaient accepté de reprendre leur rôle de coach. Et ce jeudi, "Télé 7 Jours" a révélé le nom des trois autres coachs !

Il y aura donc cinq coachs ?

C’est ça, la première mondiale. Pour cette édition anniversaire, TF1 et ITV ont décidé de casser les codes et de faire appel à cinq artistes. Outre Mika et Zazie, Florent Pagny rempilera pour une deuxième saison consécutive, et Jenifer sera aussi de la partie. Enfin, Patrick Fiori se joindra aux quatre autres coachs. Habitué de "The Voice Kids", il s’agira de sa première participation à la version adultes.

Autre information révélée par "Télé 7 Jours", cette version anniversaire sera plus courte que d’habitude. Mais au total, préparez-vous quand même à cinq à six mois de "The Voice" sur la Une l’an prochain !

Ce soir, Hapsatou Sy animera une nouvelle déclinaison de "TPMP"

Du lundi au jeudi, c’est Cyril Hanouna qui est aux commandes de "Touche pas à mon poste" sur C8. Mais le vendredi, l’animateur cède sa place à Benjamin Castaldi pour "TPMP Ouvert à tous". Et désormais, une fois par mois, Benjamin Castaldi cèdera à son tour la place à Hapsatou Sy pour une nouvelle émission baptisée "TPMP : Elles refont la télé".

L’animatrice et femme d’affaires, qui s’était déjà assise autour de la table de “TPMP” par le passé, a fait part de son envie d’animer une version féminine de l’émission à Cyril Hanouna, qui lui a dit "Banco" et lui a donné carte blanche. La bonne occasion pour Hapsatou Sy de faire son retour à la télé, comme elle l’a expliqué à Magali Butault.

Hapsatou Sy sera entourée exclusivement de femmes pour passer en revue les femmes qui ont fait le buzz et marqué l'actualité du mois. Parmi les chroniqueuses, Sandra Sisley, directrice d’une agence de communication, Cyrielle Hariel, journaliste à BFM Business ou encore Tiffany Bonvoisin, qui co-anime la matinale de M Radio aux côtés de Vincent Cerutti, qui n’est autre que le compagnon d’Hapsatou Sy.

Rendez-vous ce soir dès 19h10 sur C8.

Le retour d’une marque phare de la télévision.

Demain soir, France 2 fait le pari de la nostalgie avec un prime de "Suprise sur prise". L’émission de caméra cachée imaginée par Marcel Beliveau sera portée par un trio inédit, composé de l’ex-Miss France Laury Thilleman, de l’humoriste Donel Jack’sman, que France 2 est allée chiper à M6, et de Tom Villa, qui a pris en charge la scénarisation des caméras cachées.

France 2 avait déjà relancé la marque au printemps, c’est ça ?

Oui, pour une émission spéciale anniversaire, pour fêter les 30 ans de l’arrivée en France de l’émission québécoise. La chaîne avait fédéré ce soir-là 3,3 millions de téléspectateurs pour 14% de part d’audience, un bon score qui a confirmé la puissance de la marque. Elle reste toujours chère au public français, comme l’a expliqué Donel Jack’sman à Louise Bernard.

Le principe de l’émission ne change pas, évidemment. L’objectif reste de piéger des personnalités. Parmi les victimes de l’émission de demain, les téléspectateurs retrouveront les Chevaliers du Fiel, la Bande à Fifi de Philippe Lacheau ou encore Agustin Galiana. Mais la séquence la plus marquante pourrait bien être le piège tendu à son animatrice.

Le retour de “Surprise sur prise”, c’est donc ce samedi à 21h05 sur France 2 !