Décès de Valéry Giscard d'Estaing : un homme de médias

  • A
  • A
8:46
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Europe 1 a annoncé le décès de Valéry Giscard d'Estaing ce mercredi soir, un peu avant 23 heures. Il était tard mais ça n’a pas empêché la plupart de vos journaux de faire leur Une sur cet événement. Charles Decant et Mickaël Darmon nous expliquent les rapports de l'ancien chef de l'État avec les médias.

Journal des médias spécial Valéry Giscard d’Estaing, au lendemain de sa mort à 94 ans. 

Europe 1 vous l’a annoncée, ce mercredi soir, un peu avant 23 heures. Il était tard, donc, mais ça n’a pas empêché la plupart de vos journaux de faire leur Une sur cet événement. "Ouest-France", "La Voix du Nord", "La Provence", "Le Figaro" et même "L’Equipe" lui rend hommage avec le titre "Le monopole du cœur" sur une photo de Neymar, vainqueur ce mercredi soir en Ligue des champions avec le PSG.

Le monopole du cœur c’est une expression qui a marqué la carrière politique et médiatique de l’ancien président.

C’était à la télévision, média qu’il a été le premier à utiliser autant dans sa communication. On est en mai 1974, entre les deux tours de l’élection présidentielle. C’est le premier débat présidentiel télévisé en France. Face à lui, François Mitterrand.

Valéry Giscard d’Estaing est celui qui a compris la force que les médias, la télévision en particulier, pouvait donner à ces formules, à ces punchlines.

Il a été le premier président à changer l’image de la fonction. On pense notamment au jour où il est arrivé à l’Élysée.

En 1974, le jour de Noël, Valéry Giscard d’Estaing reçoit des éboueurs à l’Elysée. Il prend le petit déjeuner avec eux et leur offre quelques cadeaux. Europe 1 y était pour recueillir le témoignage d’un de ces éboueurs. 

Valéry Giscard d’Estaing a toujours su maîtriser sa communication. Sauf peut-être à la fin de son mandat. Le 19 mai 1981, deux jours avant de quitter l’Élysée, il adresse un dernier message aux Français. On a tous cette scène en tête et les silences qui vont avec. On le voit ensuite se lever, tourner le dos à la caméra, marcher quelques secondes avant de sortir du champ. C’est une scène qui a souvent fait sourire, et l’ancien président s’en était expliqué au micro d’Europe 1 en 2011. Il était l’invité d’Arlette Chabot.

Au-delà de son usage des médias, Valéry Giscard d’Estaing les a également profondément réformés.

Dès le début de son mandat, il a pris des décisions très importantes pour l’audiovisuel, dont les conséquences se ressentent encore aujourd’hui. À la fin de l’année 74, c’est lui qui supprime l’ORTF, ce symbole du contrôle de l’Etat sur les médias. L’ORTF est scindé en sept sociétés. C’est à ce moment-là que naissent TF1, Antenne 2, FR3 ou encore Radio France et l’INA, l’Institut national de l'audiovisuel. Mais si l’ORTF est démantelée, le contrôle de l’Etat sur les programmes reste conséquent jusqu’en 1981, jusqu’à la libéralisation des ondes.

En parallèle, Valéry Giscard d’Estaing essaie aussi de prendre en compte l’avis des téléspectateurs au sujet de la qualité des programmes, comme il l’expliquait à l’époque. On est en juillet 1974. Tendez-bien l’oreille.

Emmanuel Macron, qui a rendu hommage à Valéry Giscard d’Estaing dès cette nuit, devait accorder une longue interview en ligne à "Brut" ce jeudi après-midi.

Et l’entretien a été décalé, sans doute à cause de l’actualité. Le président de la République s’adressera finalement aux internautes du média en ligne demain. L’horaire de l’interview n’a pas encore été précisé.

Sophie Davant pour parler du magazine qu’elle vient de lancer. "S Magazine" rencontre un joli succès en kiosques.

100.000 exemplaires se sont déjà écoulés depuis sa sortie, il y a dix jours. L’éditeur CMI France annonce fièrement dans son communiqué qu’un magazine “S” se vend toutes les cinq secondes en France depuis son arrivée en kiosques. Certains points de vente sont d’ailleurs en rupture de stock. CMI a donc lancé une réimpression de 80.000 exemplaires supplémentaires, pour un tirage total de 330.000. 

C’est officiel : "La Casa de Papel" aura droit à sa version coréenne !

Netflix a donné son feu vert à l’adaptation coréenne de la série espagnole à succès. Une première saison de 12 épisodes a été commandée. L’action se déroulera en Corée et les personnages seront inspirés des héros et des héroïnes de "La Casa de Papel". Alors que la série originale se terminera l’an prochain, le géant du streaming espère pouvoir compter sur ce remake pour satisfaire les fans et pourquoi pas recruter de nouveaux abonnés !

Les téléspectateurs de M6 vont pouvoir passer les fêtes aux fourneaux avec Cyril Lignac.

Son émission "Tous en cuisine" sera de retour le 21 décembre prochain à 18h45. Le chef et l’animateur Jérôme Anthony proposeront à nouveaux aux téléspectateurs de cuisiner en direct avec eux. Le retour de ce succès surprise du premier confinement intervient un peu plus de deux mois après la deuxième salve d’émissions. Depuis début octobre, c’est “Objectif Top Chef” qui occupe la case.