L’Aquapod, aquaculture du futur

SAISON 2013 - 2014
  • A
  • A
Partagez sur :

Des ingénieurs américains travaillent sur un projet de ferme marine en pleine mer.

Marion: On s’inquiète de l'état de nos océans qui se vident petit à petit de leurs poissons…

Yolaine: Effectivement, et il est temps de réagir ! En 2010, l'ONU  tirait la sonnette d’alarme : les océans pourraient être dépeuplés d'ici 2050. Pour tenter de réduire le problème, il y a bien sûr l’aquaculture, c’est-à-dire l’élevage de poissons.  Une technique intensive implantée dans les années 80 efficace mais nocive pour l'environnement notamment à cause des médicaments utilisés pour les poissons malades qui polluent la faune et la flore. Sans oublier les rivages puisque les fermes d’aquaculture sont pour des raisons pratiques évidentes installées non loin des côtes.

Marion: Justement, des ingénieurs américains travaillent sur un projet révolutionnaire de "ferme marine" en pleine mer.

Yolaine: Un système unique en effet, de 20 mètres d’envergure, complètement adapté aux conditions de haute mer : l'Aquapod.  C'est un énorme globe métallique monté de multiples pièces à la façon d’un Lego et plongé au milieu de l'Océan. L’Aquapod peut accueillir 10 à 25 kg de poisson par mètre cube avec une très bonne circulation de l’eau et donc une meilleure oxygénation des poissons. La société explique que, la ferme étant située en haute mer, la dispersion des polluants se fait bien plus vite et qu’on ne constate aucun impact négatif sur l’environnement, ça ça reste à vérifier !

Marion:  Vu le marché du poisson, ce genre de fermes devrait se développer !

Yolaine : Bien sûr!Les ingénieurs américains de la société "Ocean Farm Technologies" responsables de l’Aquapod expérimentent 4 modèles et réfléchissent déjà à une nouvelle innovation : des fermes marines nomades qui dériveraient au gré des courants marins, une méthode qui permettrait aux poissons de (presque) vivre une vraie vie de poisson, avec à la clé une meilleure santé évidemment. Reste encore à trouver le moyen de nourrir les poissons quotidiennement et d'éviter les cargos qui traversent les océans…  bref, il y a encore du travail et des études à faire pour que ces fermes qu’on nous promet révolutionnaires soient réellement efficaces et non polluantes, bref qu’elles ne fassent pas de vague !

Les émissions précédentes