19 octobre 1789 : la fondation du Club des Jacobins

  • A
  • A
Un jour dans l'Histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 19 octobre 2016 mais en quel 19 octobre partons-nous ?

Le 19 octobre 1789, jour de la fondation du club des Jacobins. Les "clubs" sont les groupes de réflexion de l’époque. Ce cénacle de révolutionnaires existait déjà, mais s’appelait depuis le mois de mai 1789 "club des Bretons", simplement parce qu’il comptait nombre de députés bretons. Or, ce club a gagné en influence ; il s’est ouvert à des personnalités marquantes, comme Robespierre ou Sieyès et il a changé une première fois de nom, pour devenir la "société des Amis de la Constitution".

Toujours pas les "Jacobins", donc ?

Non, mais ça ne va pas tarder. Quittant Versailles en même temps que le roi, à la faveur des journées d’Octobre, le club s’est installé à Paris, au réfectoire du couvent des Jacobins, moines se réclamant de saint Jacques le Majeur. Voilà l’origine du nouveau nom !

Ces Jacobins étaient des révolutionnaires radicaux ?

Ils le deviendront mais pour l’instant, ils seraient plutôt modérés. Ils vont se radicaliser petit à petit, en même temps que la Révolution elle-même. En 1791, la plupart des Jacobins, à l’image de La Fayette ou de Barnave, sont monarchistes constitutionnels. Par la suite, notamment sous l’influence de Robespierre, ils vont évoluer vers toujours pus d’intransigeance et devenir aussi enragés que les députés dits Montagnards, les plus radicaux de l’Assemblée. Au point que le club sera dissous le 9 thermidor, au moment de l’exécution de Robespierre. En ces temps-là, tout le monde est suspect, on est toujours le traître d’un autre. Le club renaîtra brièvement pendant le Directoire, puis sera reconstitué plus tard par Gracchus Babeuf, issu de l’extrême-gauche.

 

L’histoire, on la retrouve à 14 heures sur Europe 1.

Nous évoquerons plusieurs siècles de diplomatie française, à l’occasion de la superbe exposition du Petit Palais.