12 janvier 1822 : la Grèce proclame son indépendance contre la tutelle de l’Empire Ottoman

  • A
  • A
Un jour dans l'Histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 12 janvier 2017, mais en quel 12 janvier partons-nous ?

Le 12 janvier 1822, en Grèce. À côté de l’antique cité d’Epidaure, dans le Péloponnèse. Ce jour-là, des Grecs se regroupent en assemblée et proclament leur indépendance contre la tutelle de l’Empire Ottoman, les Turcs. Les Grecs vivent sous cette domination depuis le XVe siècle !

Mais il ne suffit pas de se proclamer indépendant pour l’être ?

Non, ce n’est que le début ! Cette guerre d’indépendance est le grand combat des Romantiques : Hugo ou Lamartine en France, Lord Byron en Angleterre, vont s’enthousiasmer pour le combat des Grecs, huit années de combats très sanglants, jusqu’en 1830. Finalement, c’est le ralliement des forces européennes à la cause grecque qui fera la différence. Mais au départ, les Grecs, chrétiens, sont seuls face aux Turcs, musulmans ! Les alliances diplomatiques de l’époque interdisent aux nations européennes d’intervenir ; il y a là un équilibre fragile, que personne ne veut ébranler. En 1827, le traité de Londres réunit la France, le Royaume-Uni et la Russie. Et les trois pays reconnaissent le nouvel État grec. Les signataires tentent d’abord d’apaiser le conflit, ils entament une médiation entre les Grecs et les Turcs. Mais évidemment, l’Empire Ottoman refuse toute concession.

On va donc se battre ?

C’est inévitable. La flotte franco-russo-britannique est envoyée à l’ouest du Péloponnèse pour détruire une soixantaine de navires - victoire totale.

Et les Grecs sont libres ?

Il faut encore attendre un peu, mais oui : en 1830, la conférence de Londres entérine l’indépendance grecque. Même l’Autriche et la Prusse, jusque-là neutres dans le conflit, s’y rallient. Il faut dire que des liens particuliers unissent la Grèce à l’Europe et notre époque est en train d’y ajouter un chapitre. Enfin, nous n’allons pas refaire l’histoire !