Salaire de 40 dollars, psy et ménage à la cafét' : la nouvelle vie de Bernard Madoff en prison

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Dix ans après son arrestation, l'ancien cador de la Bourse de New York purge une peine de 150 ans de prison dans un établissement haut standing de Caroline du Nord.

Il est à l'origine d'une des plus grandes escroquerie de l'histoire boursière, estimée à 65 milliards de dollars. Il y a dix ans, jour pour jour, Bernard Madoff était arrêté avant d'être condamné en juillet 2009 à 150 ans de prison, peine qu'il purge actuellement dans une prison haut standing de Caroline du Nord. Le Figaro revient mardi dans une enquête sur ce gigantesque scandale financier et sur la nouvelle vie du détenu Madoff.

40 dollars de salaire mensuel. L'établissement qui accueille Bernard Madoff depuis dix ans s'apparente au décor d'un traditionnel campus universitaire entre pelouses, bibliothèque et sauna. Dans la cellule de 7m2 du célèbre prisonnier, pas de barreaux et même une fenêtre panoramique, qu'on ne peut pas ouvrir, précise cependant l'ancien directeur du Nasdaq dans un entretien au journaliste américain Steve Fishman.

Après avoir manipulé des rivières de millions de dollars, Bernard Madoff doit désormais se contenter de 40 dollars (35 euros) de salaire mensuel en échange de menus travaux ménagers à la cafétéria. Mais à 80 ans, certaines tâches lui pèsent : c'est pourquoi il paye un autre détenu 8 dollars par mois pour ses lessives, rapporte Le Figaro.

"Mes clients, je les emmerde !" Alors que ses montages financiers frauduleux ont entraîné de nombreuses faillites et même les suicides de son fils et de plusieurs investisseurs, "le prince déchu de Wall Street ne semble pas écrasé par le poids du remord", écrit Le Figaro. Il aurait ainsi lancé à un codétenu : "Mes clients, je les emmerde ! C'étaient des riches qui voulaient s'enrichir encore plus".

Chez le psychothérapeute, une fois par semaine. Mais Bernard Madoff consulte quand même afin de comprendre l'origine de ses actions. Sans avoir trouver de réponses pour le moment : "Je ne sais pas pourquoi je l'ai fait, c'est ce que j'essaie de découvrir une fois par semaine avec le psychothérapeute, ils ont de merveilleux psychologues ici". "Suis-je un sociopathe ? Absolument pas, me disent-ils. Vous avez une morale, vous avez des valeurs".