Réforme du Code du travail : la face cachée des rencontres avec les syndicats

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les consultations se poursuivent au ministère du Travail entre le gouvernement et les partenaires sociaux. Chaque délégation est testée sur ce qu'elle pourrait ou non consentir.

L'ultime consultation des partenaires sociaux par le ministère du Travail se poursuit, alors que le gouvernement doit présenter le 31 août la copie complète et détaillée des ordonnances réformant le Code du travail. Après le Medef mardi, la CFTC, la CFDT et la CGT ont été reçues mercredi par le directeur de cabinet de Muriel Pénicaud. Jeudi, c'est au tour de la CPME et de FO.

Des indications seulement à l'oral. En sortant de leurs rencontres, les différentes délégations ont fait état de quelques évolutions sur les différents points du texte. Mais cela reste du conditionnel, puisque tout se fait à l'oral. Le directeur de cabinet de Muriel Pénicaud se garde bien de leur remettre un texte, pour éviter des fuites comme celles du début de l'été. 

Des lignes rouges vraiment infranchissables ? Mais l'enjeu de ces rendez-vous va bien au delà des changements de mots ou de paragraphes. Il y a aussi ce dont aucun interlocuteur syndical ou patronal ne vous parlera pas : le test que le cabinet de la ministre du Travail fait auprès de chaque délégation sur les points les plus sensibles de la réforme. Les syndicats s'interrogent : "Vous nous brandissez des lignes rouges (sur le plafonnement des dommages-intérêts aux prud'hommes, par exemple, ou sur la négociation d'accords dans les PME, ndlr), mais ces lignes rouges sont-elles vraiment infranchissables ? Jusqu'où peut-aller votre degré d'acceptation ? Si on vous accorde telle ou telle contrepartie, vous acceptez de bouger ?".

Des tractations secrètes. Tout cela se fait bien évidemment à l'abri des regards. Ce n'est pas pour rien que le gouvernement a choisi la formule des rencontres bilatérales : il ne faudrait pas que les autres délégations soient au courant de ce qui se dit dans ces échanges. Et c'est cette partie non-révélée des rencontres que le directeur de cabinet va synthétiser et remettre au début de la semaine prochaine à Muriel Pénicaud, Édouard Philippe et Emmanuel Macron. Ce sont ces éléments qui leur permettront de faire les ultimes arbitrages.