immeubles toit paris 1:32
  • Copié
Elise Denjean, édité par Clément Perruche , modifié à
En raison de la loi Climat Résilience, qui interdit la mise en location de passoires énergétiques d'ici 2025, de nombreux propriétaires mettent en vente leur appartement ayant un mauvais diagnostic énergétique. Sauf que les acquéreurs boudent les passoires énergétiques, ce qui fait baisser les prix.

C'est une des conséquences de la loi Climat Résilience qui prévoit l'interdiction de la mise en location des passoires énergétiques. La loi prendra effet à partir de 2025, mais les propriétaires bailleurs revendent déjà leurs biens pour ne pas avoir à faire les travaux de rénovation énergétique.

+72% en un an à Paris

Dans de nombreuses villes, le nombre de passoires énergétiques mises sur le marché est en hausse : +72% sur un an à Paris, +74% à Rennes et +40% à Lyon et à Lille selon les chiffres du groupe SeLoger. C'est le cas aussi à Rouen, où Julien et sa compagne ont fait le choix de vendre le studio de 15m2 qu'ils avaient acheté il y a 5 ans. Après le départ de leur locataire, ils ont fait réaliser un nouveau diagnostic de performance énergétique. Résultat : l'appartement est désormais classé G. Il faudra donc faire des travaux pour le mettre en location.

Et au-delà du coût - entre 8.000 et 13.000 euros, malgré les aides - Julien regrette le manque de faisabilité de l'opération. "Le diagnostiqueur préconise des travaux, notamment remplacer le système de chauffage par une pompe à chaleur, sauf qu'on est dans une copro. Il faut donc des autorisations : celle des autres copropriétaires et d'urbanisme. Sans compter, le coût des travaux", explique-t-il. C'est sans compter l'absence de loyer, pendant toute la durée des travaux, alors que le couple a un crédit à rembourser. Mettre en vente sa passoire énergétique n'est pas de tout repos. Ce genre de logements est de plus en plus boudé par les acquéreurs et forcément, les prix baissent.