Le couvre-feu étendu aura un coût global "d'un peu plus de 2 milliards d’euros", indique Bruno Le Maire

, modifié à
  • A
  • A
Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, était l'invité politique d'Europe Matin vendredi. 3:08
Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, était l'invité politique d'Europe Matin vendredi. © Europe 1
Partagez sur :
Invité d'Europe 1, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé que le coût global du couvre-feu, qui concernera un total de 56 départements à partir de vendredi soir, a été chiffré à "un peu plus de 2 milliards d'euros" par Bercy. Il anticipe par ailleurs une croissance en baisse pour le dernier trimestre de l'année.
INTERVIEW

Le couvre-feu sera étendu vendredi soir minuit à 38 nouveaux départements, en plus des 16 dans lesquels il est entré en vigueur la semaine dernière, a annoncé jeudi soir le premier ministre Jean Castex. "Si on prend les 56 départements, pour six semaines nous avons un coût global d’un peu plus de 2 milliards d’euros", a indiqué de son côté Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, invité vendredi d'Europe Matin. 

"Nous protégerons les entreprises et les salariés tant que le virus continuera à circuler"

De fait, les dispositifs d’aide annoncés la semaine dernière dans les zones concernées par le couvre-feu s’appliqueront aux nouveaux départements ciblés par cette mesure. "Nous avons dit depuis le début de cette crise que lorsqu’il y aurait des mesures de protection sanitaire, nous accompagnerons les professions concernées", tient à rappeler le ministre. "Il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Nous avions anticipé ce risque sanitaire. Nous avions prévu neuf milliards d’euros pour le fonds de solidarité, six ont été dépensés. Il reste encore trois milliards d’euros de disponible. Nous pouvons tenir jusqu’à la fin de l’année / début de l’année prochaine avec les sommes prévues", veut encore rassurer Bruno Le Maire.

"Si les mesures devaient se prolonger au-delà, nous rechargerions les dispositifs", assure-t-il. "La politique que nous avons conduite doit s’inscrire dans la durée, être stable et claire pour rassurer les Français. Nous protégerons les entreprises et les salariés tant que le virus continuera à circuler", promet le ministre de l’Economie.

Un chiffre de croissance négatif pour la fin d'année

"Au quatrième trimestre nous aurons probablement un chiffre de croissance négatif, ça n’est pas une surprise", admet Bruno Le Maire. "Nous avons eu un très fort rebond au troisième trimestre, ce qui prouve que l’économie française a du ressort, des atouts qui sont considérables", nuance-t-il. "De la même manière, il y aura un fort rebond de l’économie française en 2021, et nous pourront retrouver en 2022 notre chiffre de développement économique de 2019", promet encore Bruno Le Maire, qui conclut : "Nous sortirons plus fort de cette crise, j’en ai la conviction."

Europe 1
Par Romain David