La SNCF sur le pied de guerre en prévision de la grève du premier week-end de départs en vacances

  • A
  • A
Les premiers chiffres laissent entrevoir un taux de grévistes relativement bas ce week-end. © Christophe SIMON / AFP
Partagez sur :

La compagnie ferroviaire entend garantir 80 à 100% des TGV à destination des régions prisées par les touristes ce week-end, alors que la CGT et SUD rail ont décidé de poursuivre le mouvement de grève au-delà du calendrier de l'intersyndicale.

Après les trois mois du calendrier de grève décidé par l'intersyndicale des cheminots, il n'y a plus désormais que deux syndicats, CGT et Sud Rail, qui appellent encore à poursuivre la mobilisation à la SNCF, samedi et dimanche. Ces deux dates n'ont évidemment pas été choisies au hasard puisqu'elles correspondent au premier week-end de grands départs en vacances. Avec plus d'un million de voyageurs attendus dans les gares, la SNCF se prépare pour éviter toute pagaille.

Un million de voyageurs en deux jours. Depuis le début du mouvement de contestation il y a trois mois, tous les matins une réunion de 2 heures se tient à 8h15 précises dans le bureau de Guillaume Pépy pour étudier le plan de transport. Faire rouler des trains un jour de grève commence ainsi à devenir une routine pour la compagnie ferroviaire mais là, le défi sera de transporter sans encombre plus d'un million de voyageurs en deux jours.

Le Sud-Est et l'Ouest privilégiés. La SNCF promet des trains "garantis" vers les destinations de vacances, c'est-à-dire vers le Sud-Est et vers l'Ouest. Plus de 80% des TGV vont circuler sur ces axes, et même 100% vers Marseille, Nice et Montpellier, ainsi que vers Noirmoutier, pour le départ du Tour de France samedi. Mais la situation s'annonce plus compliquée sur les Intercités, avec environ 60% des trains assurés.

Un mouvement en bout de course ? Ces deux jours de mobilisation seront-ils un baroud d'honneur pour la CGT Cheminots et Sud Rail ? Selon les premiers chiffres communiqués, le taux de grévistes serait à nouveau en baisse, malgré un petit sursaut à 10,26% lors de la dernière séquence de grève unitaire. De quoi laisser l'entourage de la direction tabler sur des mouvements de grève limités cet été.