EDITO - Mon Compte Formation, "le big bang de la formation professionnelle"

  • A
  • A
Partagez sur :
A partir de jeudi, 25 millions de Français, qu’ils soient salariés ou chômeurs, peuvent télécharger et utiliser l’application Mon Compte formation, qui doit les aider à se former tout au long de leur carrière. Un outil unique au monde, et une vraie révolution.

Le gouvernement lance aujourd’hui une application, Mon Compte Formation, qui permettra à chacun d’accéder à la formation. Et c’est une vraie révolution. Emmanuel Macron dit que c’est la réforme la plus importante de son quinquennat. C’est un big bang pour le monde de la formation professionnelle, le jour J de l’ubérisation du système puisque grâce à cette appli, chacun pourra choisir sa formation, sans intermédiaire.

25 millions de salariés ou de chômeurs auront désormais un crédit de formation exprimé en euros, comme sur un compte bancaire. Alors qu’avant, il l’était en heures, du coup les prix étaient peu transparents, le coût d’une même formation pouvait varier du simple au double. C’était un système opaque, avec des intermédiaires. Un système qui arrangeait bien les partenaires sociaux et qui était une vache à lait pour les syndicats. Lesquels ne sont d’ailleurs pas enthousiastes.

Un outil unique au monde

Car ce nouveau système donne la main aux individus qui choisiront leur formation en fonction de leurs besoins. Chacun pourra mieux prendre son destin en mains, c’est l’idée. Le compte sera alimenté à hauteur de 500 euros par an jusqu’à un plafond de 5.000 euros (ou 8000 pour les moins qualifiés) et bien sûr on gardera ce crédit en changeant d’employeur.

Le gouvernement attend de ce big bang que l’argent de la formation soit plus efficacement utilisé. La bataille économique entre les pays se joue en grande partie sur les compétences : il faut que les Français soient mieux formés, tout au long de leur vie. Cette appli offre un outil unique au monde pour cela. Encore faudra-t-il qu’il soit bien utilisé. C’est tout le défi maintenant.

Europe 1
Par Nicolas Barré

Les + lus