Faut-il forcément 21 jours pour changer une habitude ?

, modifié à
  • A
  • A
© Geralt / Pixabay.com / Europe 1
Partagez sur :
Ce chiffre est souvent avancé dans les ouvrages de développement personnel, pour modifier une habitude, se débarrasser d'une addiction. Mais... 

21 jours pour arrêter de râler, 21 jours pour se sevrer de la cigarette ou d’une addiction au chocolat, 21 jours pour "faire le ménage dans sa conscience" voire pour carrément "changer de vie"…  À lire ces titres d’ouvrages ou d’articles étiquetés "développement personnel", il suffirait de trois semaines pour se débarrasser de ses mauvaises habitudes, et même pour changer du tout au tout. Mais d’où vient ce chiffre de 21 jours ?

L’origine : les observations d’un chirurgien plastique

La première fois qu’il a été mentionné au sujet d’habitudes, ce fut par le docteur Maltz, un chirurgien plastique qui a exercé dans les années 1950/1960. Ce dernier a constaté, et écrit, que ses patients mettaient minimum 21 jours pour s’habituer à leur nouveau corps. Puis il a lui-même fait l’expérience que ce délai était nécessaire pour changer ses propres habitudes. "Tous ces phénomènes observés chez la plupart des gens semblent indiquer que l'on a besoin d'au minimum 21 jours pour faire disparaître une vieille image mentale et en créer une nouvelle", écrit-il dans un livre titré Psycho-Cybernetics.

Seulement voilà : son livre, qui n’a absolument aucune valeur scientifique (l’auteur lui-même ne le revendiquait pas), a fait un carton interplanétaire, se vendant à plusieurs dizaines de millions d’exemplaires. "C'est à ce moment que le problème est apparu", détaille le Huffington Post. Et de poursuivre : "Dans les décennies qui ont suivi, le travail de Maltz a influencé quasiment tous les grands professionnels du développement personnel. De plus en de gens se sont mis à raconter l'histoire de Maltz -comme dans un téléphone arabe géant- et au fur et à mesure, ils ont oublié que Maltz avait parlé ‘d'un minimum de 21 jours’".

Pour les partisans de la méthode "changer en 21 jours", toutefois, il y a bien une part de vraie dans les observations du docteur Maltz. Dans leur livre J’arrête de râler au boulot, qui sort cette semaine, la coache en entreprise Christine Lewicki et la DRH Emmanuelle Nave assurent, témoignages à l’appui, que leur méthode pour améliorer notre relation au travail en 21 jours a fonctionné dans toutes les entreprises/collectivités où elle a été testée : Groupama, Suez, Palpix ou encore la mairie de Suresnes. Au bout de 21 jours, "on a oublié la technique, on progresse au naturel, on a transformé notre habitude : ne pas râler devient une seconde nature", assurent-elles.

66 jours pour changer une habitude ?

Pourtant la science, ne dit pas tout à fait ça. En 2009, Philipppa Lally et son équipe de chercheurs en psychologie à l'University College de Londres publient une étude en lien avec ce type de sujets. Les chercheurs ont demandé à 96 personnes d’acquérir une nouvelle habitude : boire de l’eau à table, courir 15 minutes à horaire fixe, manger un fruit après chaque repas etc. Résultat : il a fallu, en moyenne, 66 jours aux participants pour acquérir un nouvel automatisme. Le plus rapide a certes été acquis en 18 jours. Mais le plus long l’a été en 254 !

Cette étude comportait certains biais (les participants n’ont été quotidiennement suivi que durant 12 semaines) et elle portait sur un panel relativement restreint de personnes. Mais elle illustre bien la difficulté de mesurer notre capacité de changement. Pour certains spécialistes, c’est tout simplement impossible. Et avancer des objectifs chiffrés donnerait des espoirs trompeurs, qui détourneraient de potentielles thérapies plus longues et plus fastidieuses.