"J’arrête de râler au boulot" : Europe 1 teste la méthode de Lewicki et Nave

, modifié à
  • A
  • A
Voilà un défi que Barney Stinson (How I met your mother) n'aurait sûrement pas refusé.
Voilà un défi que Barney Stinson (How I met your mother) n'aurait sûrement pas refusé. © Jason Kempin / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP / Europe 1
Partagez sur :
Christine Lewicki et Emmanuelle Nave, coach en entreprise et  DRH, proposent une méthode dont le but est de tenir 21 jours sans râler au travail. Chiche.

Tenir 21 jours d’affilée sans râler au travail. C’est le défi que proposent Christine Lewicki et Emmanuelle Nave, coach en entreprise et DRH, dans le livre J’arrête de râler au boulot (Eyrolles), qui sort cette semaine en librairie. Et j’ai décidé d'accepter leur challenge. Écoutant leurs conseils, j'ai donc mis un bracelet à mon poignée droit. Et je suis tenu de changer de côté dès que je me mets à râler pour une raison liée à mon travail (le détail de la méthode est présenté dans notre article ici). 

Déjà trois échecs en 24h. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n’est pas gagné. Râleur notoire j’ai, au moment d’écrire ses lignes (c’est à dire moins de 24 heures après avoir lu le livre), déjà changé trois fois mon bracelet de poignet. Un mail qui m’a déplu, une recherche infructueuse sur le net et une demande de ma part qui n’a pas été suivie de faits m’ont conduit à maugréer à trois reprises tout seul devant mon ordinateur. Et c’est là que les exercices proposés par l’ouvrage deviennent intéressants. Noter mes émotions et les raisons précises qui m’ont conduit à râler m’ont par exemple fait arriver à la conclusion que :

- Pour les deux premiers exemples, cela ne valait pas la peine du tout de se stresser (le stress étant souvent à l’origine de mes "râleries")

- Pour le troisième, il suffisait de reformuler calmement ma demande et celle-ci a immédiatement été suivie d’effet 

Des réserves… Régulièrement, je vous tiendrai au courant de mon cheminement vers la "libération" de la râlerie, pour paraphraser les deux auteures. Avec deux questions en filigrane : leur méthode fonctionne-t-elle et est-ce que cela vaut vraiment le coup ? Pour ma part, j’aborde ce test avec quelques réserves. Je n'ai pas confiance, d'une part, en la totalité des théories invoquées par les deux auteures : je doute de l'efficacité de certaines à me changer radicalement. Le principe même des 21 jours pour réussir à changer une habitude me laisse sceptique. Pourquoi 21 jours ? D'où sort ce chiffre ? Quelques recherches sur internet suffisent pour me rendre compte qu'il n'a été corroboré par aucune vérité scientifique. En plus de cela, j’aime râler. Ça soulage, ça libère, cela permet de me calmer afin, justement, de me mettre à la recherche d’une solution constructive.

… Et de réelles attentes. Il n’en reste pas moins que le livre de Christine Lewicki et Emmanuelle Nave avance un certain nombre d’exercices et de conseils qui me semblent tout à fait dignes d’intérêt pour améliorer ma relation au travail : pour apprendre à mieux gérer mon stress et utiliser ma colère, à organiser mon emploi du temps ou hiérarchiser mes priorités par exemple. L’idée est d’acquérir des réflexes, d’entraîner mon attention à s’orienter vers des solutions constructives, de mieux exploiter mes "talents" dans chaque circonstance, le tout en favorisant un certain bien-être.

Vaste programme. Mais duquel il semble possible de tirer des bénéfices. Je n’y parviendrai probablement pas en un coup. Je ne vous donne donc pas rendez-vous dans 21 jours mais plutôt dans trois jours, une semaine, deux mois peut-être même six. En clair, je vous tiendrai régulièrement au courant de mes avancées, ou mes reculs. Et toujours avec le sourire :-).