Véronique Sanson : "J'aurais dû mourir mille fois"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Remise de son cancer des amygdales, Véronique Sanson retrouve son public. C'est avec lui qu'elle va fêter ses 70 ans, lors d'une tournée exceptionnelle. Un âge qu'elle ne pensait pas atteindre.
INTERVIEW

Véronique Sanson va mieux et a déjà commencé à le prouver sur scène. Contrainte de suspendre un temps sa tournée à cause d'un cancer des amygdales, l'interprète de Chanson sur ma drôle de vie s'apprête à fêter ses 70 ans avec son public. Un anniversaire qui laisse la chanteuse aussi heureuse que surprise. "J'ai 70 ans, c'est incroyable ! J'y suis arrivée ! Je ne pensais vraiment pas y arriver. J'ai adoré avoir 40 ans, car je trouvais que ça faisait classe. Mais avoir 70 ans, c'est archi-classe", se réjouit-elle au micro de Nikos Aliagas, jeudi sur Europe 1.

"Sur scène, on oublie ses douleurs"

Ses fans, toujours aussi fidèles, l'accueillent à bras ouverts. "Quand les gens chantent vos chansons, c'est la plus belle chose du monde. C'est un partage extraordinaire. Je fais de mon mieux, je vois qu'on m'accueille avec bienveillance. Ça me donne de la force", confie Véronique Sanson. Alors que Nikos Aliagas lui fait entendre les jolies commentaires captés à la sortie de l'un de ses concerts, la chanteuse s'émeut : "Je trouve ça tellement gentil, tellement indulgent. Je pense qu'ils se sont vraiment éclatés, et que peut-être, j'ai donné quelque chose de pas trop mal."

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Pourtant, la chanteuse assure qu'elle n'a plus "l'insouciance du début." "Dieu sait si j'ai la trouille et un trac affreux, de plus en plus. Car plus on fait de la scène, plus on sait ce qui peut arriver", glisse-t-elle. Au cours de sa longue carrière, Véronique Sanson a connu plus d'un pépin. "J'ai chanté avec un poignet cassé, deux ans après c'était l'autre. J'ai chanté avec 40 de fièvre, dans des états épouvantables", se souvient-elle. Mais une fois sur scène, "on oublie ses douleurs."

"Quand il vous arrive une bricole pareille, il faut l'accepter et ne jamais s'apitoyer"

C'est aussi cela que Véronique Sanson tient aujourd'hui à transmettre à son public : malgré les soucis de santé, il faut s'accrocher. "Ce n'est pas une question de courage. Moi, je n'ai aucun courage, aucune force. Mais quand il vous arrive une bricole pareille, il faut l'accepter. Il ne faut jamais s'apitoyer. Et il faut avoir un bon ange gardien, auquel on croit. Le mien s'appelle Henry, il est là depuis que je suis née", raconte-t-elle. "J'aurais dû mourir mille fois, dans des accidents de bagnole, dans toutes les grosses bêtises que j'ai faites dans ma vie, les bringues, les javas…" Mais Véronique Sanson est toujours là, droite dans ses bottes, les doigts glissant sur les touches de son piano, et avec l'énergie d'une jeune femme. "Je me sens en maîtrise, je me sens invincible. Je m'épate moi-même quelques fois… J'ai réussi. C'est génial, génial…"

Europe 1
Par Anaïs Huet