"Tous les gens qui sont dans cette école ont beaucoup de gratitude pour ce que Ladj Ly a fait"

  • A
  • A
Partagez sur :
Europe 1 a pu rencontrer l'un des élèves de Kourtrajmé, l'école de cinéma ouverte par Ladj Ly, le réalisateur des "Misérables", film récompensé à Cannes et sélectionné pour représenter la France aux Oscars.
INTERVIEW

Les Misérables sort ce mercredi dans les salles obscures. Tourné en Seine-Saint-Denis et dressant un panorama de la vie en banlieue, ce film a été sélectionné pour représenter la France aux Oscars. Une véritable consécration pour son réalisateur, Ladj Ly, dont  c'est le premier long-métrage, et qui a créé en 2018 une école gratuite des métiers du cinéma, l’école Kourtrajmé, à Montefermeil. Pour les élèves, issus pour la plupart de la banlieue, le succès critique des Misérables est une incroyable source de motivation.

"Ladj Ly m’a ouvert une porte. Je me suis dit que je n’étais pas fou, que je n’étais pas dingue de rêver de ça", explique à Europe 1 Gaspa, 33 ans, passionné d’écriture et de réalisation. Au milieu des barres d’immeubles du 93, loin des décors hollywoodiens, cet artiste peut désormais toucher du doigt ses rêves de septième art. "Je n’avais jamais envisagé de faire du cinéma, jusqu’au jour où j’ai tellement eu envie de raconter des histoires…", glisse-t-il. "Au-delà du fait que je ne connaissais personne qui pratiquait le cinéma, je ne connaissais personne qui parlait de cinéma. Maintenant, je me sens un peu dedans, je ne suis plus tout seul."

"Je vous ai ouvert les portes à Montfermeil, pas à Hollywood"

Cours, tournages, masterclass, l’école Kourtrajmé, accessible sans limite d’âge ni diplôme, entend tordre le coup à l’inégalité des chances. Les étudiants ont conscience néanmoins que la route sera longue avant de parvenir à percer dans ce milieu. "Après nous avoir ouvert la porte, Ladj Ly nous a dit : 'Ce sera hyper dur. Je vous ai ouvert les portes à Montfermeil, pas à Hollywood.'"

Les élèves ont pu suivre l’aventure des Misérables, déjà récompensé à Cannes par un Prix du Jury. Ladj Ly est désormais devenu un exemple. "Personne ne peut raconter aussi bien que lui ce qu’il raconte dans Les Misérables. J’ai pris une très grosse claque avec ce film", assure Gaspa. "J’avais déjà vu des films de banlieue […], mais quand je vois son film, je l’en remercie mille fois. Je sais que tous les gens qui sont dans cette école ont beaucoup de gratitude pour ce qu’il a fait. Il est comme un guide, au loin, qui me donne l’inspiration." Désormais, Gaspa ambitionne à son tour de réaliser son premier long-métrage.

Europe 1
Par Jean-Philippe Balasse, édité par Romain David