Misère dans les banlieues : "Les politiques sont les premiers responsables", lance le réalisateur Ladj Ly

  • A
  • A
ladj ly 8:59
Le réalisateur Ladj Ly, le 25 mai, après avoir reçu le Prix du jury pour son film "Les Misérables", lors du 72e Festival de Cannes. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Ladj Ly, le réalisateur du film "Les Misérables ", qui sort en salles le 20 novembre, signe une oeuvre coup de poing sur une bavure policière à Montfermeil, une cité sensible de Seine-Saint-Denis. Au micro de Patrick Cohen, il appelle les personnalités politiques à "faire bouger les lignes" dans les banlieues, victimes "du chômage, de la pauvreté, de l'isolement et des violences policières".
INTERVIEW

Invité d'Europe 1, dimanche, Ladj Ly, réalisateur du film Les Misérables, qui a reçu le grand prix du jury au Festival de Cannes, n'a pas parlé que de son long-métrage, qui sortira en salles le 20 novembre. Au micro de Patrick Cohen, il invite aussi les femmes et hommes politiques à trouver des solutions pour les habitants des banlieues françaises

Entre documentaire, thriller et drame, Les Misérables raconte la vie d'une cité de Seine-Saint-Denis, Montfermeil, où Ladj Ly a grandi et vit depuis trente ans. Le réalisateur se penche à la fois sur le quotidien des policiers de la BAC (Brigade anti criminalité) mais aussi sur celui des habitants. 

"Ce n'est pas un film anti policiers"

"Ce n'est pas un film anti policiers mais qui parle avant tout de la misère", explique Ladj Ly, qui estime que les misérables sont "les habitants et les policiers". "Je me mets à la place de ces policiers qui travaillent dans des conditions difficiles, qui ont des salaires très bas et qui, pour la plupart d'entre eux vivent dans des cités HLM", détaille-t-il. 

Dans ce film entièrement inspiré de faits réels, le réalisateur retrace notamment une bavure policière, lorsqu'un jeune menotté s'est fait tabasser par des policiers. "J'ai commencé en filmant [des policiers] jusqu'au jour où j'ai filmé cette bavure policière que j'ai diffusé sur Internet. Suite à cette bavure, il y a eu une enquête et de policiers condamnés", se souvient Ladj Ly. 

Le réalisateur souhaite ainsi rétablir des vérités sur les banlieues. "Il y a un fossé énorme entre ce que l'on raconte [sur les banlieues, ndlr] et la réalité du terrain", lance Ladj Ly, qui a cherché, dans ce film, à "dire comment cela se passe de l'intérieur" sans "prendre parti et porter de jugement sur les personnages". 

Un DVD envoyé à Emmanuel Macron 

Partant de ces constats, Ladj Ly tient à interpeller les femmes et hommes politiques sur la misère des banlieues. "J'estime que les politiques sont les premiers responsables de cette situation qu'ils ont laissée pourrir depuis trente ans à cause du chômage, de la pauvreté, de l'isolement et des violences policières", dénonce-t-il. "Cela fait plus de vingt ans que les habitants réclament des droits, qu'ils se disent abandonnés et qu'ils ne sont pas entendus." 

Ladj Ly invite ainsi les responsables politiques à aller voir le film "parce que c'est un film important, qui est avant tout patriote, qui parle de la France". "Tous ces gamins que l'on voit dans le film, ils sont avant tout Français", rappelle Ladj Ly, qui confie avoir envoyé un DVD à Emmanuel Macron, sans recevoir de réponse, pour l'instant. 

Le réalisateur pense ainsi que l'action des personnalités politiques est primordiale pour régler les problèmes dans les banlieues. "Malgré toute les difficultés et toutes les violences, il y a quand même de l'espoir", estime-t-il. "Il suffit d'avoir une vraie volonté politique pour faire bouger les lignes. L'espoir peut venir de nos politiques donc entendez-nous !". 

Europe 1
Par Tiffany Fillon