Soon-Yi Previn, la femme de Woody Allen, prend la défense de son mari

  • A
  • A
Soon-Yi Previn prend la défense de son époux dans le "New York Magazine". © Dimitrios Kambouris / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Très discrète depuis les nouvelles accusations portées contre le réalisateur par sa fille Dylan, la femme de Woody Allen estime que "ce qui arrive à Woody est si bouleversant, si injuste". 

La femme de Woody Allen, Soon-Yi Previn, est sortie du silence pour défendre le réalisateur face aux allégations d'abus sexuels de sa fille Dylan, relançant la controverse et exposant plus que jamais la guerre Allen-Farrow.

"Ce qui arrive à Woody est si bouleversant, si injuste", a déclaré Soon-Yi Previn, 47 ans, dans une rare interview accordée au New York Magazine.

L'auteure de l'article est une amie de Woody Allen. "(Mia Farrow) a profité du mouvement #MeToo pour présenter Dylan en victime. Et toute une nouvelle génération entend parler de cette histoire alors qu'ils ne devraient pas", y affirme Soon-Yi Previn, qui revient aussi dans cet article sur les relations difficiles qu'elle a eues, enfant, avec Mia Farrow, qui l'a adoptée alors qu'elle était mariée avec André Previn.

Les déclarations de celle qui a fait scandale en épousant Woody Allen, de 35 ans son aîné et qui était encore en couple avec Mia Farrow à l'époque où leurs relations ont démarré, sont venues relancer la guerre qui oppose Woody Allen à plusieurs membres de la famille Farrow, d'autant que l'auteure de l'article, Daphne Merkin, est une amie de longue date du réalisateur.

Les autres enfants de Mia Farrow défendent leur mère. Dans l'article, Dylan Farrow, également citée, assure que sa mère ne l'a pas poussée à relancer cette histoire dans le sillage du puissant mouvement #MeToo. En janvier, Dylan Farrow avait donné sa première interview télévisée, dans laquelle elle détaillait des accusations déjà lancées à plusieurs reprises, expliquant comment le réalisateur l'avait agressée sexuellement en 1992, lorsqu'elle avait sept ans. 

"Cela ne sert qu'à refaire de moi une victime", dit-elle à New York Magazine. "Grâce à ma mère, j'ai grandi dans un foyer merveilleux".

Après la publication de l'article, Dylan a aussi tweeté une déclaration signée de plusieurs enfants biologiques et adoptifs de Mia Farrow, attestant que l'actrice avait toujours été "un parent aimant et généreux". "Nous rejetons toute tentative de repousser les accusations de Dylan en essayant de diffamer notre mère", ont-ils ajouté.

Ronan Farrow, autre fils de Mia Farrow devenu journaliste et récompensé de ses révélations sur Harvey Weinstein par un prix Pulitzer, a vivement dénoncé l'article de Daphne Merkin."Je dois tout à Mia Farrow", a-t-il tweeté. Il s'est dit furieux contre New York Magazine, comme "fils et frère" et "comme journaliste", en raison du "manque d'attention aux faits, du refus d'inclure des témoignages qui contrediraient des inexactitudes dans l'article, et du refus d'inclure les réponses de ma soeur. Les victimes d'abus méritent mieux que ça".