Pour le mentaliste Fabien Olicard, "la vente est forcément une manipulation"

  • A
  • A
Fabien Olicard vient de publier un livre sur la manipulation. 1:31
Fabien Olicard vient de publier un livre sur la manipulation. © Europe 1
Partagez sur :
Mentaliste et youtubeur, Fabien Olicard vient de sortir un nouveau livre sur la manipulation. Vendredi dans "Ça fait du bien" sur Europe 1, il a illustré ce thème par le secteur de la vente en magasin. "La vente est forcément une manipulation", a-t-il affirmé. Mais un vendeur peut, selon lui, "manipuler" avec bienveillance.
INTERVIEW

Qui n'est jamais ressorti les bras encombrés à la sortie d'un magasin après y être entré sans aucune intention d'achat ? Invité vendredi dans Ça fait du bien sur Europe 1, le mentaliste et youtubeur Fabien Olicard, qui vient de sortir le livre L'antiguide de la manipulation - Devenez un manipulateur bienveillant et déjouez les manipulateurs toxiques, a illustré le sujet de la manipulation avec les techniques de vente. "La vente est forcément une manipulation", a-t-il affirmé.

"Un prix à 9,99 euros, on sait tous que ça fait 10 euros et pourtant cela va quand même impacter le cerveau"

"Et ce qui est intéressant, c'est de se dire qu'on connaît la règle du jeu dès le départ", a-t-il poursuivi. Peut-on vraiment se protéger de ces techniques pour autant ? "Ce qui est amusant à voir, c'est que non", a répondu le mentaliste. "Même si on sait, ça fonctionne. Un prix à 9,99 euros, on sait tous que ça fait 10 euros et pourtant cela va quand même impacter le cerveau parce qu'on est sous la barre de la dizaine."

"Si on a un budget de sept euros, on se dit que ça va et que c'est pareil", a-t-il ajouté. "Alors que s'il avait été à dix euros tout rond, on ne se le serait pas dit."

Les vendeurs peuvent "manipuler" leurs clients avec bienveillance

Pour Fabien Olicard, si la vente comprend "beaucoup de techniques de manipulation intéressantes à connaître", un vendeur peut toutefois "manipuler" son client "avec bienveillance". Et ce "à partir de deux choses", souligne-t-il : "S'il ne ment jamais sur ses intentions et sur les données en sa possession et s'il donne la possibilité d'avoir un libre-arbitre, c'est-à-dire s'il est facile de lui dire oui ou non."

Pas sûr en revanche que le traditionnel "est-ce que je peux vous aider" lancé par le vendeur ou la vendeuse à votre entrée dans le magasin soit une bonne technique, selon lui. "Parce que du coup, on va tous prendre le libre-arbitre qu'on a facilement à ce moment-là de dire : 'Non, je n'ai besoin de rien et je regarde'."

Europe 1
Par Jonathan Grelier