Comment Gims a eu l'idée d'écrire la chanson "Bella"

  • A
  • A
Gims
L'artiste Gims a pris plusieurs années pour finaliser le titre "Bella" par peur de décevoir son public avec des rythmes différents, explique Fabien Lecoeuvre sur Europe 1. © AFP / Europe 1
Partagez sur :
Chaque semaine sur Europe 1, dans "Une chanson dans la tête", le spécialiste de la chanson française Fabien Lecoeuvre livre une anecdote autour d’un titre connu. Il nous raconte la genèse du titre de Gims, "Bella". Un tube dont le rappeur a trouvé la mélodie alors qu'il était encore membre du groupe Sexion d'assaut.

Personnalité préférée des 7-14 ans, Gims est le premier rappeur français à tenir, à lui seul, l’affiche du Stade de France. De son vrai nom Gandhi Djuna, l'artiste a déjà vendu plus de cinq millions d’albums. Sa carrière solo est ponctuée de tubes : Sapés comme jamais (2016) qui lui a valu la Victoire de la Musique de la chanson originale, J’me tire et bien sûr Bella, en 2013. 

Chaque samedi et dimanche à 18h50, dans "Une chanson dans la tête", le spécialiste de la chanson française Fabien Lecoeuvre raconte sur Europe 1 une anecdote autour d'un titre connu. Il nous raconte la genèse de Bella, le titre phare de Gims. 

La peur de décevoir son public

L’histoire de cette chanson commence en 2008, tandis que Gims fait encore partie du groupe Sexion d’assaut. C’est alors qu’il travaille sur l’album, L’Ecrasement de tête, qu’il trouve l’idée du refrain de Bella. Il a alors une mélodie espagnole en tête et il n’arrête pas de la fredonner. Tous ses camarades autour de lui la trouvent formidable. Pourtant, Gims mettra plusieurs années à la finaliser pour en faire une vraie chanson.

Mais le morceau s'annonce tellement accrocheur, et il est tellement éloigné de son univers de musique urbaine, que Gims craint de décevoir son public. Aussi, l'artiste s'évertue à faire concilier rap avec reggae et salsa dans cette chanson. Et le résultat est à la hauteur de ses efforts. Dès sa sortie, Bella se retrouve en tête des ventes et devient rapidement disque de platine. Le clip, tourné dans les arènes de Marbella en Espagne, est multi-diffusé et contribue à la popularité de la chanson. Le single se vend à plus de 150.000 exemplaires rien qu’en France.

Le début de la gloire pour Kendji 

Toute la jeunesse s’empare de ce titre et en août 2013, un jeune garçon de 17 ans, Kendji Girac en fait même une reprise gipsy qu’il met sur Internet. Sa vidéo est vue plus de cinq millions de fois sur Youtube. Et c'est ainsi que la production de The Voice le repère. Le 18 janvier 2014, lors des auditions à l’aveugle sur TF1, il est sélectionné par le jury en interprétant Bella. Quatre mois plus tard, Kendji gagne le concours de chant.

Pour la petite histoire, dans le texte de la chanson Bella, il y a une phase qui dit : "j’suis l’ombre de ton iench". Iench signifie chien en verlan. Une référence directe au titre de Jacques Brel, Ne me quitte pas dans lequel les paroles disent : "Laisse-moi devenir l’ombre de ton chien."

Europe 1
Par Fabien Lecoeuvre, édité par Mathilde Durand