"La Servante écarlate" : une dystopie où tout est vrai

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
SERIELAND COULISSE - Lorsqu'elle sort en 2017, la série "The Handmaid's tale : la Servante écarlate" fait l'effet d'un électrochoc. Cette dystopie qui raconte l'histoire d'une femme réduite au rang d'esclave a été saluée par la critique et est devenue le symbole de la lutte pour les droits des femmes. Car cette histoire terrifiante imaginée par Margaret Atwood est plus qu'une simple fiction. Cette semaine, l'équipe de SERIELAND vous explique pourquoi.
PODCAST

Des robes rouges, des coiffes blanches, une actrice époustouflante, un scénario terrifiant et une mise en scène léchée...Cette semaine, dans SERIELAND, Clémence Olivier vous emmène dans les coulisses d'une série adaptée du best-seller de Margaret Atwood : La Servante écarlate. 

 

"Quand j'ai appris que le thème de l'épisode était les violences faites aux femmes… J'ai tout de suite penser à une série qui m'avait à la fois glacée et complètement séduite en 2017. Cette série, c'est The Handmaid's tale, ou en français, La servante écarlate. La fiction nous transporte dans un futur proche effrayant. Les Etats-Unis sont devenus la République de Gilead, un régime dirigé par des fanatiques religieux et les femmes y sont plus que malmenées….

Elles n'ont plus le droit de lire, d'écrire, de travailler. Surtout, les rares qui sont encore fertiles sont attribuées à des familles de dirigeants du régime et sont violées dans un but unique : leur offrir une progéniture. Ce sont ces femmes, que l'on reconnaît à leurs robes rouges et leurs coiffes blanches, que l'on appelle Servantes écarlates. 

Tout est vrai !

Bref c'est terrifiant ! On pourrait se rassurer en se disant que ça n'arriverait jamais, sauf que... tout est vrai ! Dans The Handmaid's tale, aucune des violences faites aux femmes n'a été inventée. Les tortures, les sévices psychologiques et physiques subies par les protagonistes dans la saison 1 s'inspirent, dans la grande majorité , d'horreurs commises dans l'histoire… C'est ce qu'explique Margaret Atwood, l'autrice du roman dont s'inspire la série. Elle se confie dans un documentaire diffusé récemment sur Arte Margaret Atwood : la force de la parole.

Ne pas choquer pour choquer. Dévoiler la folie du monde. C'est une bonne idée. C'est vrai. Mais vous pourriez me dire que l'Histoire, la grande Histoire, regorge d'horreurs, qu'il n'y a qu'à se pencher. Pourtant ce qui est particulièrement intéressant dans La Servante écarlate, c'est que les horreurs décrites se sont passées il n'y a pas si longtemps. La plupart se sont produites au XXe siècle. 

C'est le cas des pratiques d'une secte, "People of hope", dont s'inspire le roman de Margaret Atwood. Au milieu des années 80, cette communauté catholique fondamentaliste pratique un vrai lavage de cerveau de ses disciples : les membres soumettent les femmes, les dissuadent d'avoir des contacts avec des personnes extérieures à la secte, arrangent les mariages… Et les femmes des coordinateurs sont même appelées... des servantes ! 

 

Découvrez "SERIELAND", le podcast garanti sans spoil (ou presque)

Vous êtes féru.e.s de séries ? Vous ne savez plus quoi regarder ? Vous voulez tout savoir sur l’envers du décor ? Découvrez SERIELAND, le nouveau podcast d'Europe 1 Studio. Deux fois par semaine, Eva Roque et son équipe de sérivores vous emmènent dans le monde merveilleux des séries en compagnie d'invité.e.s de renom. 

>> Retrouvez les épisodes sur notre site Europe1.fr et sur Apple PodcastsSoundCloud, Dailymotion et YouTube, ou vos plateformes habituelles d’écoute.
>> Retrouvez ici lemode d'emploi pour écouter tous les podcasts d'Europe 1

 

La politique de Ceausescu 

Margaret Atwood pioche aussi du côté de l'Allemagne nazie et de la politique de Ceausescu en Roumanie. Le dictateur avait rendu les avortements et toutes formes de contraception illégale. 
Plus de 30 ans après la sortie du roman, Bruce Miller, le créateur de la série "The Handmaid's tale" s'est fait lui aussi le gardien de ce principe : n'inventer aucune des violences mises en scène à l'écran. Et il y en a beaucoup ! Il a sûrement eu raison car ce lien étroit avec la réalité, c'est ce qui a contribué au succès de la série. Elle a inspiré les femmes du monde entier. Moi, elle m’a rappelé que rien n’était jamais acquis. Et désormais, lorsqu'il s'agit de défendre leurs droits, c'est avec robes rouges et coiffes blanches que certaines femmes ont choisi de défiler. "

(Transcription)

 

La Servante écarlate (Hulu)

Trois saisons, 36 épisodes (50min)

A voir en intégralité sur OCS et Amazon Prime Vidéo. La saison 3 est disponible en replay sur Mytf1.fr

 

Europe 1
Par Clémence Olivier