Héritage de Johnny Hallyday : "Ce n'est pas le mec que je croyais qu'il était", critique Cerrone

  • A
  • A
Partagez sur :
Pour Marc Cerrone, qui a bien connu Johnny Hallyday, le chanteur n'aurait jamais dû laisser à sa femme Laeticia la besogne de gérer après sa mort le déshéritage de David Hallyday et Laura Smet.
INTERVIEW

Comme beaucoup de personnalités du show-business, il a été "choqué" par la polémique née quelques semaines après la mort de Johnny Hallyday. Marc Cerrone, considéré le père du disco en France, a "bien connu" l'idole des jeunes au cours de sa carrière, mais "sans l'avoir fréquenté aux dernières périodes" de sa vie.

Invité dans Ceci dit sur Europe 1, dimanche, il s'est exprimé sur le conflit qui oppose toujours Laeticia Hallyday aux deux premiers enfants de Johnny, David Hallyday et Laura Smet, déshérités par leur père.

"On ne fait pas les choses comme ça". Cerrone en est persuadé : si Johnny Hallyday a pris la décision de retirer ses deux premiers enfants de son testament, c'est qu'il avait "des raisons". "Je ne me permettrai pas de juger, on ne fait pas les choses comme ça…", estime le DJ qui, comme Johnny, a longtemps vécu aux États-Unis, et a animé de chaudes et fastueuses soirées dans les boîtes de nuit de Saint-Barthélémy.

Johnny "a laissé Laeticia faire ça". Mais s'il se montre compréhensif pour ce qui est de la décision à proprement parler, il critique sévèrement la méthode choisie par l'artiste. "Il aurait pu leur en parler. Il a laissé Laeticia faire ça. Et ça, ce n'est pas cool. Ce n'est pas le mec que je croyais qu'il était", juge-t-il. "Pourquoi il ne l'a pas dit ? Pourquoi il n'a pas réuni tout le monde autour de la table familiale pour dire 'Les enfants, j'ai pris cette décision', en expliquant pourquoi. Il pouvait très bien les déshériter financièrement s'il voulait. Mais là, on a l'impression que c'est beaucoup plus profond que l'argent", avance le DJ.

Très affecté, Marc Cerrone confie : "Je ne le vis pas bien. Quand je pense à lui, aux gosses, et surtout à la pauvre Laeticia… Qu'est-ce qu'elle prend dans la tronche ! C'est pas terrible…"

Europe 1
Par Anaïs Huet