Guillaume Canet évoque sa passion pour l'équitation : "Cette pratique m'aide à avoir les pieds sur terre"

  • A
  • A
© Alexis Anice / Alea pour EEM
Partagez sur :
Participant samedi au Longines Masters de Paris, le comédien, fou d'équitation, explique toutefois eu du mal à combiner cette passion avec ses projets cinématographiques cette année. 
INTERVIEW

Pilier du cinéma français, Guillaume Canet est également un mordu d'équitation. Une passion que le comédien, ancien membre de l'équipe de France junior d'obstacles, continue de pratiquer, notamment au Longines Masters de Paris qui se déroule depuis jeudi à Villepinte, en parallèle du Salon du cheval, et dont Europe 1 est partenaire. "Ce sport m'aide à avoir les pieds bien sur terre", explique le réalisateur du prochain Astérix au micro de Wendy Bouchard.  

Disposant d'une licence professionnelle, Guillaume Canet se décrit toutefois comme "amateur". Samedi, lors du Masters, l'acteur a notamment sauté des barres d'un mètre 45, se montrant toutefois un peu déçu de sa prestation. "Je n'étais pas dedans", confesse-t-il. Selon lui, ses performances à cheval pâtissent de sa forte actualité au cinéma. "Autant il y a deux trois ans j'arrivais à combiner les deux, autant cette année, ça a été très difficile pour moi, avec les trois films qui sont sortis (Nous finirons ensemble, Au nom de la terre, La belle époque), la promo, la pression, etc.."

"Beaucoup de cavaliers sont agriculteurs"

"J'accuse la fatigue de fin d'année avec tous ces films, notamment Au nom de la terre", poursuit-il, décrivant "un film très émouvant à faire et à porter". Décrivant le quotidien d'un agriculteur confronté à de fortes difficultés économiques, et abordant le thème des suicides dans la profession, le long-métrage réalisé par Edouard Bergeon est un des succès populaires de cette fin d'année, tutoyant les deux millions d'entrées. 

Le film "a dégagé beaucoup d'émotion, ça m'a beaucoup atteint. Je suis un peu en redescente", explique Guillaume Canet, qui rappelle que le sujet du film n'est pas sans lien avec sa passion pour l'équitation. Le monde du cheval "est un milieu de gens du milieu rural", développe-t-il, "beaucoup de cavaliers sont agriculteurs". Encore ce matin, raconte-t-il, le chef de la piste sur lequel l'acteur a concouru est venu lui confier son émotion face au film. "Il est venu me voir avec les yeux très émus, et il m'a dit : 'Je suis aussi agriculteur et mon fils a pleuré tout au long du film'". 

"Tout le monde est au même niveau"

Pour Guillaume Canet, cette proximité avec les professionnels de l'équitation et les éleveurs est un des moteurs de cette passion sportive. "Cette pratique m'aide aussi à avoir les pieds bien sur terre (...) tout le monde est au même niveau". Et l'acteur de raconter une anecdote vécue par Jean Rochefort, autre comédien féru d'équitation, et que Guillaume Canet avait notamment dirigé dans Ne le dis à Personne. L'acteur, disparu en 2017, avait un jour croisé un éleveur qu'il fréquentait depuis de nombreuses années, et ce dernier l'avait pris à part, pour lui dire, étonné, "Dis donc, je t'ai vu à la télé, je ne savais pas que tu faisais du cinéma". 

Europe 1
Par Antoine Terrel