D’où vient l’Autotune, ce logiciel qui modifie la voix des chanteurs ?

  • A
  • A
Gims
Le chanteur Gims utilise fréquemment l'Autotune dans ses titres. © Zakaria ABDELKAFI / AFP
Partagez sur :
Comment les artistes arrivent-ils à adopter une voix métallisée ? Ils utilisent l’Autotune. Ce petit logiciel, employé à sa création pour corriger les fausses notes, a secoué le domaine musical dans les années 1990. David Castello Lopes a conté l’histoire de son invention dans Historiquement Vôtre sur Europe 1.  

Gims, PNL ou encore Booba… Tous utilisent régulièrement dans leurs morceaux un logiciel qui module leurs voix : l’Autotune. Il corrige les fausses notes et fait chanter juste ceux qui chantent faux. Mais aujourd’hui, il est principalement employé pour créer de nouvelles sonorités. David Castello-Lopes revient, dans l’émission Historiquement Vôtre sur Europe 1, aux origines de cette pratique.

"Très présente chez les nouveaux musiciens, l’Autotune transforme la voix des chanteurs en celle d’une sorte de robot mélancolique. C’est le cas dans la célèbre chanson Ramener la coupe à la maison de Vegedream, par exemple.

À l'origine de l'Autotune : un ingénieur pétrolier

Pour trouver l’origine de l’Autotune, il faut voyager jusqu’à Porto Rico. Il s’agit d’une île tropicale agréable à vivre et également… un paradis fiscal pour les Américains. C’est là que s’installe Andy Hildebrand, un riche ingénieur. Il a fait fortune en mettant au point des algorithmes permettant aux compagnies pétrolières de savoir où creuser pour trouver du pétrole.

Jusqu’au jour où il quitte tout pour se lancer dans le monde de la musique. Lors d’un déjeuner, une amie lui glisse : "Ce serait cool s’il y avait un logiciel pour faire chanter juste les gens qui chantent faux". Et il l’a fait. Comment ? En adaptant, pour le son, les algorithmes élaborés pour trouver du pétrole.

La première chanson autotunée sort en 1998

Le logiciel Autotune sort donc en 1997, où il est utilisé dans tous les studios pour corriger discrètement la voix des chanteurs. Mais l’année suivante, l’ingénieur du son de la chanteuse Cher s’amuse à pousser les réglages à fond. C’est le début de l’effet métallique si distinctif aujourd’hui entendu alors, pour la première fois, dans Believe en 1998.

Cette révolution musicale énerve même certaines personnes. À commencer par le Magazine Time qui compte l’Autotune parmi les 50 pires inventions modernes. Entre l’amiante et les subprimes…

Europe 1
Par David Castello-Lopes, édité par Manon Bernard