Bruno Solo : "J’ai toujours été passionné d’Histoire"

  • A
  • A
L'acteur était l'invité du Grand journal de Philippe Vandel samedi.
L'acteur était l'invité du Grand journal de Philippe Vandel samedi. © EUROPE 1
Partagez sur :
Le comédien s'illustre en commentateur pour la série documentaire de France 5 "La guerre des trônes". Et dévoile au passage son amour de l'Histoire.
INTERVIEW

Il est loin de son rôle dans Caméra Café. Dans La guerre des trônes, série documentaire de France 5, Bruno Solo, en blouson de cuir, décrit l'Histoire à grand renfort de cartes géantes et de commentaires sérieux. Dès vendredi 21 décembre, les deux premiers épisodes sur les six que compte la saison 2 seront diffusés sur la chaîne publique. Pour présenter cette nouvelle saison, l'acteur était l'invité du Grand journal de Philippe Vandel.

Guerres de religion. L'an dernier, la série avait réuni 1,2 million de téléspectateurs par épisode et comprenait quatre épisodes qui "couvraient les 116 ans de la Guerre de Cent ans. Là on est juste après la mort de François Ier et l’arrivée au pouvoir d’Henri III, en 1520 et quelques", situe le comédien. Le spectateur se trouve propulsé en pleine époque des guerres de religion qui débutent en 1542 et se poursuivent jusqu’en 1594, le "fameux massacre de la Saint-Barthélemy" compris.

"J'ai dit oui des deux mains et des deux pieds". Pour coller à l'Histoire, les images ont été reconstituées avec des acteurs dans les lieux d'époque. On voit ainsi Chambord, Chenonceau, le Louvre, Notre-Dame-de-Paris ou encore Chinon… et en outre Alexandra Kazan dans le rôle de Catherine de Médicis.

En plus des images, Bruno Solo commente avec l'appui d'une carte. "Il y a ce côté artisanal de la carte où on joue avec des petits soldats. C’est une visualisation assez rapide de ce qu’était l’Europe au 16ème siècle. Je trouve les cartes plus jolies que des radiations en 3D. Ça nous rappelle les profs avec une règle", commente l'acteur, que l'on redécouvre là dans un tout nouveau rôle. "J’ai toujours été passionné d’Histoire. Je l’ai fait savoir lors d’une interview et j’ai été contacté par France 5. J’ai dit 'oui' des deux mains, des deux pieds et j’espère qu’il y aura une troisième saison. Ça me passionne comme peu de choses me passionnent", s’enthousiasme le comédien.