Beurek arménien et bananes flambées antillaises : les recettes de Pascal Légitimus

  • A
  • A
Pascal Légitimus 1:49
© Europe 1
Partagez sur :
L'acteur et humoriste Pascal Légitimus était l'invité, samedi, de "La Table des bons vivants" sur Europe 1. Né d'une mère d'origine arménienne et d'un père antillais, celui qui s'est fait connaître dans le célébrissime trio des Inconnus raconte sa double culture culinaire au micro de Laurent Mariotte.

Un père d'origine antillaise, une mère française d'origine arménienne et, toujours, de bons petits plats à la maison. L'acteur et humoriste Pascal Légitimus a grandi nourri de deux cultures culinaires, dont il a parlé ce samedi, sur Europe 1, dans l'émission "La Table des bons vivants". Evoquant "deux cultures complémentaires", le compagnon de route de Bernard Campan et Didier Bourdon, avec lesquels il a formé le trio des "Inconnus", a évoqué les recettes de sa vie.

Repas arméniens introuvables...

"La cuisine arménienne est assez lourde, avec beaucoup d'huile mais ce sont de bonnes fritures", raconte ainsi Pascal Légitimus. Il cite "notamment le beurek, qui est un peu comme un feuilleté libanais avec du fromage de chèvre et des petites épices." Autre recette venue d'Arménie : celle du tcheurek, une brioche réalisée pour la Pâques. 

Mais l'un des plats arméniens préférés de l'acteur reste le midia. "Ce sont des moules farcies avec du riz et parfois du raisin sec. Mais c'est très rare, ça. Je ne sais pas où en trouver !"

...et colombo antillais

Côté antillais, Pascal Légitimus cite le fameux boudin bien sûr, mais aussi "le colombo d'agneau ou de poulet au curry". À servir avec "des haricots rouges et du riz blanc, c'est la base". Et pour finir en beauté, rien ne vaut la banane flambée au vieux rhum. Pascal Légitimus, dont les aïeux viennent de Martinique et de Guadeloupe, n'a en revanche pas tranché le débat houleux qui agitent les deux îles depuis des siècles pour savoir qui produit le meilleur rhum.

Reste des recettes copieuses et généreuses. "Le midi, il y avait repas arménien, le soir antillais", se souvient Pascal Légitimus. "Mais c'est vrai que le lendemain matin... je ne sais pas comment je n'ai pas grossi pendant toutes ces années."

Europe 1
Par Margaux Baralon