Alexandre Astier : "Je préfère les méchants, je préfère Dark Vador à tous les autres personnages de Star Wars"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L'acteur et réalisateur cosigne un nouveau film d'animation : "Astérix : le secret de la potion magique". Il raconte sa création au micro d'Europe 1.
INTERVIEW

Après avoir emmené trois millions de spectateurs au cinéma en réalisant Astérix : Le domaine des dieux en 2014, Alexandre Astier revient aux célèbres gaulois avec Astérix : le secret de la potion magique, qui sort en salles le 5 décembre. L'acteur, réalisateur et créateur de Kaamelott était pour l'occasion l'invité du Grand journal de Philippe Vandel.

Oursenplus. Le film d'animation réunit un parterre de voix, avec notamment Christian Clavier, Florence Foresti ou encore François Morel. Alexandre Astier prête aussi sa voix à un certain Oursenplus, "le chef de la garnison voisine du village des Gaulois". Un rôle qu'il s'est créé sur mesure. "Je me suis dit que je voulais jouer un Italien. On part du principe que les Romains sont Italiens. J'ai été élevé chez les Italiens moi-même, c'est un petit hommage. Après, je me suis fait un personnage qui a du mal à se faire entendre."

Entendu sur europe1 :
Mon méchant, Sulfurix, est sérieux. Il est réellement très doué, très fort. Il est même peut-être plus fort que Panoramix

La succession de Panoramix. A l'image de ce personnage créé de toute pièce, l'histoire n'est pas celle d'un album de Goscinny et Uderzo. "A la suite d'une chute, Panoramix, le druide, commence à se poser la question de sa succession, à savoir s'il ne faudrait pas larguer le secret de la potion magique." Un scénario qui a la particularité de jouer sur le temps alors que classiquement dans le monde de la BD, les personnages ne vieillissent pas. "Je voulais leur faire avoir conscience d'une mort possible. Ce n'est pas tout à fait pareil", rectifie l'acteur.

"Séduit par mon méchant". Le deuxième point peu conventionnel concerne le méchant du film. "Normalement, les méchants d'Astérix sont grotesques. Ils ont des tas de travers rigolos. Mon méchant, Sulfurix, est sérieux. Il est réellement très doué, très fort. Il est même peut-être plus fort que Panoramix. Il profite du fait que son vieux rival veut larguer sa potion pour s’immiscer dans l'histoire."

S'il a voulu un méchant ingénieux, c'est parce qu'il les aime. "Je préfère les méchants. Je préfère Dark Vador à tous les autres personnages de Star Wars. Je suis avant tout séduit par mon méchant et c'est autour de lui que je construis le reste."

Le film a aussi la particularité de poser des questions inédites, comme celle de se demander pourquoi toute la Gaule ne profite pas de la formule de la potion. "Je pense qu'il y a une responsabilité quasi nucléaire avec cette potion magique." 

Europe 1
Par Aurélie Dupuy