Paris, Marseille, Nice, Lyon, Bordeaux : la ferveur monte partout en France

, modifié à
  • A
  • A
© Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Partagez sur :
À quelques heures du coup d'envoi, les supporters Français montent en pression partout en France. 
REPORTAGE

La ferveur monte partout en France, à quelques heures de la finale de la Coupe du Monde qui opposera les Bleus aux "Vatreni ("Ardents", en VF) croates. Europe 1 fait le tour de France des supporters. 

À Paris, une "fan zone" déjà pleine à craquer  

À Paris, à la "fan-zone" du Champs de mars", c'était déjà compliqué d’accéder ne serait-ce qu' à l’espace presse en début d'après-midi. "Il y a énormément d’impatience, énormément de monde pour entrer dans cette fan zone", témoigne Justin Morin, notre reporter. "La sécurité vient d’ouvrir plus grand les portes. Les gens viennent d’entrer en masse sur cette esplanade, c’est plein à craquer. Les gens sont serrés contre les rambardes au premier rang", décrit-il.

Le Champ-de-Mars, une très large esplanade d’herbe, est déjà noir de monde. Des dizaines de milliers de personnes sont déjà présentes en début d'après-midi, avec les drapeaux, les perruques, des fumigènes bleu blanc rouge. "On va avoir très, très chaud. On attend 90.000 personnes, je ne sais pas comment on va pouvoir en entrer plus parce que c’est déjà plein à craquer", poursuit notre reporter.

 

À Marseille, "c'est la passion, c'est France"

Dans la cité phocéenne, les bars se remplissent également. "Il y a cette sensation d'unité par le football comme nulle part ailleurs", confie une Marseillaise déjà prête pour la finale. Et pour cause : en ces terres olympiennes, "on adore le foot. Et là, c'est la passion, c'est la France", confie un passant. "On va regarder la finale, à la télé. Et on va finir sur le Vieux-Port, on ne va pas monter sur les Champs, mais sur le Vieux-Port ! Comme tout Marseille !", confie-t-on. Et un troisième aficionado de confier : "une victoire provoquerait un élan d'espoir, cela inciterait à être heureux, à aller de l'avant".

À Nice, tous derrière les Bleus... et surtout Hugo Lloris

Sur les plages niçoises, ils sont nombreux à être venus faire un petit plongeon... mais pas trop longtemps. "On va faire une heure de plage, et après, on va se préparer pour regarder la finale", confie une baigneuse. Comme le montre les enseignes décorées de bleu-blanc-rouge le long du quai des Américains, ici aussi, les Bleus trouveront du soutien à 17h. "La déco est toute trouvée et si on gagne, on fera la fête !", s'enthousiasme un commerçant. Sur le Cours Saleya également, Catherine, vendeuse de savon, est confiante. "On sera champion du monde, allez les bleus ! Je les aime tous, mais on a surtout un bon gardien, qui vient de Nice, Hugo Lloris !", rappelle-t-elle.

 

À Lyon, "ce sera la fête jusqu'à 5 heures du matin"

Dans la capitale des Gaules, les terrasses sont en train de se remplir petit à petit. Elles seront évidemment bondées dimanche après-midi à 17 heures. Ce sera le cas notamment au République, un des bars bien connus des Lyonnais pour voir les matches de foot, avec ses huit écrans géants. "On ne prend aucune réservation, on a tellement de demandes qu’on aurait été complet dès le départ", explique Tiphaine, la responsable, qui assure qu’au niveau alcool, toutes les précautions ont été prises. "Ça va couler à flots, y a pas de problème", sourit-elle.

Un peu plus loin, au Chapelle, le gérant mise sur une victoire de la France pour passer une bonne soirée. "Si on gagne, les clients vont rester pour faire la fête toute la nuit. Du champagne à gogo, et puis des bières, beaucoup de bières", espère-t-il. "Et ce sera la fête. Jusqu’à 5 heures du matin". 

 

À Bordeaux, "il y a une excitation particulière"

Sur le marché des Capucins, à Bordeaux, la pression montait dès le petit matin. Dès l'aube, les joues maquillées, commerçants et "lèves-tôt" étaient déjà prêts pour LE rendez-vous du jour. Patricia, bouchère, a même sorti la tenue complète. "Le tee-shirt bleue de l'équipe de France, la casquette. 20 ans après, c'est cool !", s'enthousiasme-t-elle. Le fleuriste, lui aussi, joue le jeu, à fond. Pour l'occasion, ses fleurs sont bleues, blanches, et rouges. "J'en ai acheté, j'ai craqué, pour offrir à ma femme. Il y a une excitation particulière. Ce soir on va allumer la plancha, des copains vont venir à la maison. Ça va être super", confie un client.

"Nous serons champions !" En attendant, aux abords du marché, les Bordelais sont à l'échauffement... des cordes vocales "Et nous seroooons champions du monde, car nous sommeees les Français", entonnent Ces supporters matinaux. Espérons qu'ils soient entendus, à plusieurs milliers de kilomètres de là, par les joueurs de Didier Deschamps.

Europe 1
Par et Rémi Duchemin avec Nathalie Chevance, Frédéric Michel, Jean-Luc Boujon et Stéphane Place