Coupe du monde : la voiture de l'Allemand Gündogan vandalisée, un motif politique pas exclu

  • A
  • A
Le joueur a porté plainte.
Le joueur a porté plainte. © CHRISTOF STACHE / AFP
Partagez sur :
Le joueur d'origine turque est critiqué en Allemagne depuis une photo polémique prise avec Recep Tayyip Erdogan.

L'international allemand d'origine turque Ilkay Gündogan, très violemment attaqué pour avoir posé en photo avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, a porté plainte après le saccage de sa voiture début juin à Cologne, rapportaient samedi les médias allemands.

Le joueur a porté plainte. L'acte de malveillance a été commis dans la soirée du 7 juin près de l'hôtel de Cologne où résidait l'équipe nationale allemande à la veille de son dernier match de préparation avant le Mondial, contre la sélection d'Arabie saoudite (2-1). Selon les images diffusées par le quotidien Bild, la vitre arrière droite de sa voiture a été brisée, sans qu'aucun vol ne soit commis.

La police de Cologne a confirmé à l'agence SID, que le joueur a porté plainte, qu'une enquête était en cours et qu'un motif politique n'était pas exclu.

Sifflé par ses propres supporters. Le 13 mai, Gündogan et son partenaire Mesut Özil avaient participé à Londres à une rencontre de la communauté turque avec Erdogan. Dans ce cadre, ils lui avaient remis des maillots de leurs clubs respectifs (Manchester City et Arsenal). Les photos de l'événement avaient ensuite été publiées sur les réseaux sociaux par l'équipe du dirigeant turc, en campagne électorale.

A chaud, la Fédération allemande de football (DFB) avait vivement réagi, accusant les deux hommes de s'être laissés manipuler. "Le football et la DFB défendent des valeurs qui ne sont pas complètement prises en compte par Monsieur Erdogan", avait ajouté la DFB pour justifier sa colère. Des personnalités politiques, d'extrême-droite et des Verts, avaient également reproché leur démarche aux deux joueurs.

Gündogan avait été copieusement sifflé par le public allemand lors de son entrée en jeu contre l'Arabie saoudite, et la bronca l'avait poursuivi à chacune de ses prises de balle. Özil n'avait pas joué cette dernière rencontre.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP