Deux semaines avec le nouveau MacBook d’Apple, le fin du fin

  • A
  • A
Deux semaines avec le nouveau MacBook d’Apple, le fin du fin
Europe 1 a testé le nouveau MacBook.@ DR
Partagez sur :

TEST - Le nouvel ordinateur ultra-portable d’Apple est disponible depuis quelques jours. Europe 1 l’a testé durant deux semaines. Verdict.

TEST

Se faire une opinion sur un ordinateur n’est pas toujours évident. Et pour cause, encore plus que le smartphone, l’avis que l’on s’en fait dépend de l’usage que l’on en a. D’aucuns recherchent un ordinateur pour écrire des mails et taper de longs documents tandis que d’autres veulent pouvoir réaliser du montage vidéo et des retouches photo. Certains veulent aussi un ordinateur à emmener  partout avec eux quand ceux qui se déplacent peu préféreront un modèle à grand écran, même s’il est moins maniable.

Alors pour nous faire un avis sur le nouveau MacBook d’Apple (avec un processeur Intel Core m3 et 256Go de mémoire), l’ultra-portable de la gamme des ordinateurs à la pomme, nous avons décidé de nous en servir pendant deux semaines comme ordinateur principal. Nous l’avons donc utilisé au bureau, en déplacement ou dans les transports et ce aussi bien pour saisir du texte que pour retoucher des images. Quinze jours plus tard, bilan.

Une très belle machine, à emporter partout

Face au nouveau MacBook, notre MacBook Pro rétina habituel paraît bien lourd et bien épais. Et pour cause, la nouvelle machine d’Apple pèse moins d’un kilo (920 grammes). Et malgré son écran de 12 pouces, un peu plus large que celui des modèles habituels de 11 pouces, il est difficile de faire plus portable. Le MacBook s’emporte sans problème partout avec soi. Aussi bien au bureau, que dans l’avion ou le train, il est facile de l’ouvrir et de travailler avec cette machine qui s’accommode de peu d’espace.

Le design, lui, rappelle ce que l’on connaît déjà chez Apple. L’ordinateur est admirablement bien construit, semble robuste malgré sa finesse et donne une impression de haut de gamme. Comme son aîné, le MacBook Pro, il est disponible en gris argent et en gris sidéral. Comme sur l’iPhone, on retrouve également du rose gold et du gold.

Un confort de frappe appréciable

Parmi les évolutions de cette cuvée 2017 par rapport au précédent modèle, la marque à la pomme a modifié le clavier. Ce dernier reprend désormais la même technologie papillon que le MacBook Pro sorti à l’automne dernier (que nous avions testé ici). Le résultat est donc similaire : la frappe, bien que déroutante au départ, s’avère particulièrement confortable. Lorsqu’il est nécessaire de saisir de longs textes, comme ce texte que nous écrivons avec le MacBook, on apprécie le faible enfoncement des touches, plus agréable que sur un clavier classique.

Surtout, malgré la petite taille de la machine, le clavier est bien organisé et chaque touche tombe facilement sous les doigts. En deux semaines, il nous est rarement arrivé de faire des erreurs de frappes ou d’être gêné par le positionnement de certaines touches.

Une connectique minimaliste

Côté connectique, le MacBook est pour le moins minimaliste. On y trouve en tout et pour tout deux connecteurs : un port USB de type-C utilisé pour recharger l’appareil ou lui connecter des accessoires et une prise mini-jack permettant de brancher des écouteurs ou un casque. Et avec un seul port, USB-C qui plus est, certains n’y trouveront pas leur compte. Un adaptateur est en effet indispensable pour brancher une clé USB, un écran externe ou même pour recharger son smartphone (sauf à avoir le câble nécessaire).

Alors, est-ce gênant au quotidien ? Oui et non. Dans notre cas, nous utilisons assez peu de périphériques externes et nous n’avons pas eu besoin d’un seul adaptateur en quinze jours. Ceux qui jonglent entre les clés USB et les écrans externes en revanche devront faire l’acquisition d’un adaptateur (entre 25 et 79 euros, selon le type d’adaptateur). Mais de manière générale, ceux qui ont régulièrement besoin de brancher plusieurs périphériques au même moment préféreront un MacBook Pro, lui doté de quatre prises USB-C.

Parfait pour la bureautique et les taches peu gourmandes

Durant deux semaines, nous avons essayé de varier au maximum les usages de notre MacBook de test pour tester ses limites. Ainsi s’il est parfaitement adapté pour saisir du texte, envoyer et répondre à des mails, surfer sur Internet ou consulter des photos, il n’est clairement pas adapté pour certaines tâches plus gourmandes. Si la retouche photo ne pose pas de problème, mieux vaudra par exemple éviter le montage vidéo. Le processeur Intel Core m3 est en effet rapidement dépassé lorsque le film dépasse quelques minutes.

Le stockage intégré, 256Go par défaut, s’adapte également bien à ces usages. S’il sera un peu juste pour stocker des montages vidéo ou de nombreux films, il est amplement suffisant pour contenir de très nombreux documents ou photos. Pour ceux qui souhaiteraient tout de même un peu plus de mémoire et de puissance, un autre modèle, vendu 1.799 euros, intègre un processeur Intel Core i5 ainsi que 512Go de mémoire.

La machine parfaite en mobilité

L’autonomie, elle, en fait la machine parfaite en mobilité. Le MacBook permet en effet de tenir une journée complète à l’écart d’une prise de courant. Un vrai confort. Après deux semaines à emmener le MacBook partout avec nous, on a enfin bien du mal à reprendre notre MacBook Pro habituel avec nous tant son poids nous semble important dans un sac.