Test du BlackBerry Key2 : un smartphone parfait… pour le travail

  • A
  • A
Test du BlackBerry Key2 : un smartphone parfait… pour le travail
Europe 1 a testé le BlackBerry Key 2.@ DR
Partagez sur :

TEST - BlackBerry sort une nouvelle version de son smartphone Key. Doté d’un clavier azerty complet et d’un écran tactile, il reprend tous les codes de la marque. Europe 1 l’a testé en avant-première.

TEST

Non, BlackBerry n'est pas mort. Et non, le smartphone à clavier n'est pas mort non plus. Enfin pas pour BlackBerry en tout cas. Le constructeur canadien, dont les smartphones sont désormais fabriqués par le Chinois TCL, commercialise au mois de juillet le Key2, successeur du Key One, et doté d'un grand écran tactile, mais aussi d'un clavier azerty complet. Est-il armé pour lutter contre les références du marché dotées, elles, de claviers tactiles ? Europe 1 l’a essayé.

Un téléphone imposant. Avec son écran tactile de 4,5 pouces et son clavier azerty complet, le BlackBerry Key2 est un smartphone imposant. A titre de comparaison, il dépasse d'un bon centimètre l'iPhone X en hauteur et est aussi encombrant que le Huawei P20 Pro, équipé d'un écran de 6,1 pouces. Malgré cela, son poids plus léger que celui de ses concurrents et ses bords anguleux lui offrent une bonne tenue en main. Le seul bémol vient de la place qu'il occupe dans une poche. Mieux vaut prévoir large. Construit en métal et avec un dos soft touch très agréable, le Key2 donne une réelle impression de haut de gamme. Les différents boutons (volume, verrouillage) sont, eux, facilement accessibles.

Un bel écran, mais des performances en dessous de la moyenne. A plus de 600 euros, le Key2 est indéniablement un smartphone haut de gamme. Son écran IPS de 4,5 pouces d'une définition de 1.620 x 1.080 pixels est plus que satisfaisant. Il affiche des couleurs justes et offre un bon niveau de luminosité. Le processeur, lui, est décevant. TCL a opté pour le Snapdragon 660 de Qualcomm, une puce habituellement présente sur les modèles milieu de gamme et bien moins puissante que celles présentes sur les autres mobiles haut de gamme du moment. Heureusement, les 6Go de mémoire vive intégrés offrent au Key2 une bonne fluidité. Pour autant, mieux vaut ne pas tenter de jouer à des jeux trop gourmands en énergie. Heureusement, ce n'est pas l'usage auquel se destinent les portables de BlackBerry.

Un bon clavier, si... Mais la principale différence du Key2 par rapport à ses concurrents est, BlackBerry oblige, son clavier complet azerty. Comme sur les BlackBerry stars des années 2000, de petites touches permettent de saisir chaque caractère. Difficile de donner un jugement définitif sur ce type de clavier. D'aucuns jugeront les touches trop petites et peu pratiques, d'autres préféreront cette solution au clavier des smartphones entièrement tactiles... Deux points ont cependant été améliorés. D'abord les touches sont plus grandes de 20% que sur les modèles précédents et leur biseau permet de limiter le risque d'erreur. Et, si jamais une erreur est commise, le correcteur orthographique arrive généralement à la rattraper en inscrivant le bon mot. A l'usage, le clavier s'avère donc être une bonne solution pour saisir de longs textes.

Des photos décevantes. C’est un autre point négatif : l'appareil photo présent à l'arrière du smartphone. BlackBerry a sélectionné un double capteur de 12MPixels capable de filmer en 4K, mais dans la pratique le résultat est décevant. Les photos manquent de contraste et les couleurs ne sont pas toujours fidèles. Les détails manquent également parfois de précision. Enfin, dans de mauvaises conditions lumineuses, le résultat n'est clairement pas à la hauteur. A l'inverse, l'autonomie du Key2 est surprenante, dans le bon sens du terme. Le téléphone est capable de tenir deux jours sans être rechargé, même en usage intensif. Une bonne nouvelle pour les travailleurs et les voyageurs.


Un smartphone, pour le travail. Après quelques jours d'utilisation le constat est clair : le BlackBerry Key 2 est le smartphone parfait pour le travail. A l'inverse, son processeur et son appareil photo le rendent peu adapté à un usage multimédia et récréatif. Les nostalgiques des BlackBerry d'antan à la recherche d’un smartphone à clavier y trouveront leur compte. Les autres passeront leur chemin.