Japon : les acheteurs au rendez-vous pour la Nintendo Switch

  • A
  • A
Japon : les acheteurs au rendez-vous pour la Nintendo Switch
Une cliente assure qu'elle a même pris un jour de congé exprès pour aller chercher sa Switch@ TOSHIFUMI KITAMURA / AFP
Partagez sur :

Dès le jour de sa sortie au Japon, la Nintendo Switch est en rupture de stock : seuls les acheteurs qui l'ont pré-commandée pourront en avoir un exemplaire.

Nintendo a mis en vente vendredi au Japon sa nouvelle console, la Switch. La firme japonaise espére, avec ce nouveau concept semi-fixe semi-portable, séduire les joueurs qui avaient boudé sa précédente machine de salon, Wii U.

Déjà en rupture de stock. Et les premiers clients étaient au rendez-vous. Dès l'ouverture des hypermarchés de l'électronique de Tokyo et sa proche banlieue, nombreux étaient les impatients à être venus prendre possession de leur exemplaire. Ils accompagnaient souvent cet achat assez onéreux (32.000 yens, soit plus de 260 euros) d'un ou plusieurs jeux et d'accessoires optionnels (film pour protéger l'écran, pochette de transport), portant d'emblée l'investissement total à quelque 350 euros.



"Les dizaines de personnes qui attendent ici ont déjà payé leur Switch et nous n'avons plus du tout de stock pour ceux qui voudraient acheter sans avoir préalablement pris soin de réserver. Il faut attendre la prochaine livraison, à une date inconnue", a expliqué un vendeur de l'enseigne Yodobashi Camera, à Kawasaki (Sud de Tokyo).

De nombreux jeux bientôt en rayon dont Zelda. Seulement huit titres sont prêts pour ce jour de commercialisation mais, selon le patron de Nintendo, "plus de 100 émanant de 70 studios de développement seront en rayons dans les prochains mois ou semaines". La saga incontournable "The Legend of Zelda" est d'ores et déjà disponible, suscitant l'engouement des joueurs.


"Étant une fan de la série Zelda depuis longtemps, je veux absolument en voir les images au plus vite et me plonger dans l'univers. J'ai profité aujourd'hui d'un jour de congé pour venir l'acheter et je vais m'y mettre dès que je rentre", confie Yoko Kosuge, 47 ans, croisée dans un magasin Bic Camera du quartier d'Ikebukuro, à Tokyo.

Ce n'est pas une nouvelle console de poche. Avec cette console, Nintendo mise sur une nouvelle forme de divertissement où l'écran de la console peut être utilisé comme un modèle portable à l'extérieur et servir de console fixe à l'intérieur, relié à une télévision. Interrogé sur le risque de cannibalisation de sa gamme de consoles portables 3DS/2DS par la Switch, le patron de Nintendo s'est dit "convaincu qu'il s'agit là de marchés différents ayant chacun leur raison d'être", laissant entendre que la Switch n'allait pas mettre fin au développement de machines de poche.

De nouvelles sensations de jeu. "Les possibilités de divertissement inédit données par les nouvelles manettes dotées de capteurs divers, dont un infrarouge, font l'intérêt essentiel de cette console", soulignait récemment Hirokazu Hamamura, expert en jeu vidéo de la maison d'édition Kadokawa. "Il paraît qu'on peut ressentir des sensations subtiles avec les vibrations (de la manette) et j'ai vraiment envie d'essayer", témoigne Raimu, mannequin de 19 ans.

Beaucoup d'espoir fondés sur le succès de la Switch. Cette nouvelle console se doit d'être un succès pour Nintendo qui souffre ces dernières années de la concurrence croissante des jeux sur smartphones et a fini par accepter, sous la pression des investisseurs et analystes, de développer des applications pour les mobiles et tablettes. Vendredi, les donneurs d'ordres voyaient d'un bon oeil l'accueil initial de la Switch : l'action prenait 4% en début d'après-midi à la Bourse de Tokyo.