Free, SFR, Bouygues : la guerre des prix relancée ?

  • A
  • A
Free, SFR, Bouygues : la guerre des prix relancée ?
Free aurait-il déclenché une nouvelle guerre des forfaits ?@ THOMAS COEX / AFP
Partagez sur :

Les opérateurs multiplient les offres depuis l’annonce de Free mardi. L’objectif ? Eviter une fuite des clients.

Free aurait-il relancé la guerre des prix ? Alors que l'opérateur de Xavier Niel a annoncé mardi une mise à jour de son forfait pour permettre à ses clients de l'utiliser à l'étranger (roaming) 365 jours par an, ses concurrents se sont depuis lancé dans une riposte en bonne et due forme. SFR propose par exemple une nouvelle offre pour ses clients amateurs de voyage, mais aussi un forfait avec plus de data Internet. Et Bouygues n'est pas en reste non plus. De quoi rappeler une période, que l'on pensait dépassée, où les opérateurs se livraient une véritable guerre sur les prix et les offres.

La bataille du roaming

Tout a commencé mardi matin. Après une semaine de teasing, Free annonce dans un communiqué qu'il offre désormais l'usage de son forfait à 19,90 euros depuis 35 pays étrangers toute l'année. Jusqu'à présent, ces derniers ne pouvaient pas l'utiliser plus d'un mois par an. En bon communicant, Xavier Niel - qui tweete pourtant rarement - se fend d'un message pour le moins provocateur. "5Go sur 1 mois aux US: 45.000€ au tarif standard pour 1 abonné Red/SFR".



Une provocation qui a immédiatement suscité une réaction de l'opérateur au carré rouge. Dans un communiqué diffusé mardi en fin de journée, ce dernier annonce fièrement une mise à jour de son forfait RED (sa marque à bas prix) : "RED by SFR enrichit sa série limitée RED 15Go Europe à 15€/mois avec le roaming à 100% (voix/SMS/MMS/Internet 4G) et l'Amérique du Nord valable toute l'année". Car le principal intérêt du roaming offert par Free est la possibilité de l'utiliser aux Etats-Unis et au Canada, deux pays où les coûts des communications sont habituellement très élevés. Surtout, alors que le quatrième opérateur ne proposait que 5Go en 3G à l'étranger, SFR offre 15Go en 4G, pour cinq euros de moins.

Mais ces annonces sont aussi très marketing. "On est sur de la rétention de clients pour éviter que les gens se sauvent chez Free en courant", analyse Stephanie Baghdassarian, Research Director chez Gartner. Quant à l'annonce de Free, là encore, elle ressemble fort à un coup de communication. "Jusqu’à présent, il y avait une offre permettant d'utiliser son forfait dans 35 pays, 35 jours par an. C'était déjà énorme car si on regarde l’utilisateur moyen, il y a finalement assez peu de gens qui sont hors de France plus de 35 jours par an", poursuit-elle.

De l'Internet en plus pour retenir les clients

Mais la bataille ne se limite pas au roaming. SFR a en effet annoncé mercredi une nouvelle offre pour contrer Free. Via sa marque à bas prix, l'opérateur propose un forfait incluant 100Go d'Internet mobile en 4G. Un record. Le tout est vendu sans engagement pour 20 euros par mois jusqu’au 4 avril. Là encore, "l'objectif est d'éviter que les clients quittent l'opérateur. C'est un coup de communication", explique l'analyste. "Offrir 100Go dans l’absolu c'est bien, mais seule une toute petite partie de la population va les consommer. SFR ne prend pas vraiment de risque", assure Stephanie Baghdassarian. Chez SFR, on se défend en expliquant que ce forfait est "l’occasion de mettre en avant une offre le fait que l'on a un réseau de qualité (...) alors que l'on a connu quelques déboires ces dernières années", mais aussi de "tester l’appétence des clients". « Et chez les jeunes on voit des journées où la consommation de data dépasse facilement 1 ou 2Go », assure Nicolas Chatin, directeur de l’information de l’opérateur.

Pour ne pas rester isolé, Bouygues Telecom a aussi réagi avec une série limitée incluant 50Go d'Internet pour 10 euros par mois. Mais l'offre, comme celle de SFR, est commercialisée pour une durée réduite. "On assiste à une guerre des prix à la marge car les tarifs français sont déjà très bas par rapport à ceux des pays voisins", explique l'analyste de Gartner. "Résultat, nous sommes face à un marché où les baisses de prix se font désormais via des offres limitées dans le temps".

Orange reste au-dessus de la mêlée

Seul Orange n'a fait aucune modification dans ses offres. Et pour cause, l'opérateur historique n'est pas tout à fait dans la même situation que ses concurrents. "Orange a cette force qui lui permet de vanter que son réseau est le meilleur. Surtout, ils ont une base d’abonnés professionnels qui est moins volatile que les particuliers, ils n’ont donc pas besoin de surenchérir rapidement".

Mais un haut-responsable d'un opérateur le confirme, "quand il y en a un qui bouge, les autres bougent aussi". De quoi promettre de nouveaux ajustements et de nouvelles offres dans les mois à venir.