Fermeture de Zone Téléchargement : un an après, le (quasi) aveu d'échec de la Hadopi

  • A
  • A
Fermeture de Zone Téléchargement : un an après, le (quasi) aveu d'échec de la Hadopi
Zone Téléchargement a été fermé en novembre 2016.
Partagez sur :

Une étude publiée par la Hadopi montre que des clones de Zone Téléchargement sont très vites apparus. L'un d'eux est devenu presque aussi puissant que son modèle.

C'était un coup de tonnerre dans le petit monde du téléchargement illégal. Le 28 novembre 2016, les autorités françaises faisaient fermer le site Zone Téléchargement au terme d'une enquête commencée en 2014 et menée par la gendarmerie. Mais presque un an après, un rapport publié par la Hadopi point l'émergence de nouveaux sites, dont un presque aussi puissant.

Un des sites les plus fréquentés de France

Très vite après la fermeture de Zone Téléchargement, de nouveaux sites similaires ont vu le jour. La majorité, des clones qui offraient la même interface que Zone Téléchargement, mais sans sa richesse de contenus, n'ont tenu que quelques semaines. Mais l'un d'eux, hébergé aux îles Samoa, avec une adresse .ws, a bel et bien pris le relais et rencontre un certain succès. Au point que ce "nouveau Zone Téléchargement" est devenu l'un des sites les plus fréquentés de France et approche l'audience de son modèle.

Dans son rapport publié lundi, la Hadopi explique son bon fonctionnement par la grande activité de la communauté "d'uploadeurs" du site, ces personnes qui mettent en ligne des nouveaux épisodes de séries ou des films récents. Le site se base sur très peu d'acteurs : 14 comptes différents auraient mis en ligne 90% des contenus disponibles. Et il est par ailleurs impossible de savoir s'il s'agit bien de 14 personnes différentes ou si certaines disposent de plusieurs profils.

Une croissance fulgurante

Pour mieux comprendre la croissance fulgurante de ce nouveau site de téléchargement illégal, la Hadopi s'est penchée sur son historique. Et l'autorité explique que son développement s'est fait en deux étapes. Entre décembre et février, afin de constituer rapidement un catalogue important, près de 1.230 fichiers étaient mis en ligne chaque semaine. Le volume des ajouts diminue ensuite progressivement et seules les nouveautés sont ajoutées au fur et à mesure de leur diffusion.

Mais cette étude est avant tout un aveu d'échec de la politique actuelle en la matière. Si des sites 'clones' apparaissent aussi rapidement que leurs modèles sont fermés et parviennent à croître très rapidement, alors l'efficacité de ce type d'action pose question. Les pirates auront en effet toujours un coup d'avance. Mais pour la Hadopi, la fermeture de certains sites reste très importante. D'abord parce que les nouveaux sites ne retrouvent jamais totalement l'audience de leurs ancêtres. Ensuite parce que cela complique la tâche aux amateurs de séries et de films piratés.