Comment Facebook veut valoriser les (vraies) informations

  • A
  • A
Comment Facebook veut valoriser les (vraies) informations
Facebook aurait trouvé une solution face à la propagation des fausses informations.@ Josh Edelson / AFP
Partagez sur :

RÉSEAUX SOCIAUX - Selon Business Insider, Facebook va mettre davantage en avant les "vraies" actualités de certains médias partenaires dans le fil d'actualité de ses utilisateurs.

Facebook aurait-il entendu les multiples critiques sur son prétendu laxisme face aux fausses informations ? Selon Business Insider, le réseau social travaillerait actuellement sur une nouvelle fonctionnalité qui mettrait en avant les contenus de sources vérifiées dans le fil d'actualité de ses utilisateurs. 

Une poignée de médias partenaires. Baptisée "Collections", cette nouvelle fonctionnalité serait assez proche de l'espace Discover de Snapchat dans lequel le réseau social met en avant les contenus de médias partenaires. Facebook mettrait alors en avant dans le fil d'actualité de ses utilisateurs une sélection de contenus, qu'il s'agisse d'articles ou de vidéos, venus d'un nombre réduit de médias partenaires. Cela permettrait au réseau social de ne pas avoir à repérer et valider lui-même les contenus, tout en s'assurant qu'il s'agit bien de véritables informations.

Pas de date de lancement. D'après Business Insider, Facebook aurait déjà commencé à prendre contact avec des médias pour leur faire part de ses ambitions. Le réseau social n'aurait toutefois pas précisé son calendrier pour le lancement de Collections. Il ne semble en revanche pas encore évident de savoir si, comme pour Discover, les médias partenaires devront adapter spécifiquement leurs contenus pour cette nouvelle fonctionnalité ou si Facebook reprendra directement leurs contenus.

La gestion de la publicité encore incertaine. Certains éléments restent cependant plus flous, notamment sur la publicité. Les sources de Business Insider expliquent ne pas savoir si Facebook intégrera des publicités dans "Collections" et, si oui, de quelle manière. Dans sa fonctionnalité Instant Articles, elle aussi destinée aux médias, Facebook avait récemment intégré de la publicité et partage les revenus avec les éditeurs.

Facebook montré du doigt à de multiples reprises. L'arrivée d'une telle fonctionnalité aurait de nombreux avantages pour Facebook, mais aussi pour les médias. De son côté, Facebook serait (enfin) en mesure de répondre aux critiques qui l'accusent de laisser prospérer les fausses informations. Le réseau social de Mark Zuckerberg a notamment été pointé du doigt lors de la campagne présidentielle américaine. Les observateurs l'ont accusé d'avoir favorisé les faux contenus publiés par le camp républicain en raison du fort engagement (j'aime, commentaires...), qu'ils engendraient.

Les médias davantage mis en avant. Pour les médias partenaires, une telle fonctionnalité aurait aussi des avantages. Elle leur permettrait de mettre mieux en avant leurs contenus auprès des 1,8 milliard d'utilisateurs actifs de Facebook. Car, depuis les dernières modifications de l'algorithme sélectionnant les contenus présentés sur le fil d'actualité, les contenus des médias sont moins mis en avant. Pour les publications, le meilleur moyen d'apparaître dans le fil d'actualité est d’enregistrer un maximum de "likes".


Une tendance de fond. Depuis quelques mois, les réseaux sociaux sont de plus en plus nombreux à se lancer dans l'intégration de contenus. Snapchat a proposé, d'abord aux Etats-Unis, mais aussi désormais en France, "Discover", qui met en avant les contenus que les médias créent spécifiquement pour le service. De son côté, Twitter a lancé aux Etats-Unis un onglet dédié baptisé "Moments" et qui regroupe sous forme d'enchaînements de tweets les faits importants de l'actualité.