Apple, Withings, Samsung : trois visions de la montre connectée

  • A
  • A
Apple, Withings, Samsung : trois visions de la montre connectée
L'Apple Watch Nike+, la Withings Steel HR et la Samsung Gear S3.
Partagez sur :

Apple a présenté la deuxième génération de sa montre connectée cette semaine. Withings et Samsung avaient présenté les leurs juste avant à Berlin.

Apple Watch Series 2, Withings Steel HR et Samsung Gear S3… Les constructeurs ont dévoilé ces derniers jours leurs nouvelles montres connectées, avec chacun une vision particulière du marché et de leur produit. Du sport chez Apple, au tout connecté chez Samsung, en passant par le minimalisme chez Withings, il y en a pour tous les goûts.

Apple, cap sur le sport

Du côté d’Apple, qui a dévoilé cette semaine la deuxième génération de sa montre connectée, la Watch Series 2, l’accent est clairement mis sur le sport. Tout d’abord par les nouvelles fonctionnalités apportées par cette nouvelle version. Première d’entre elle, la Series 2 est désormais étanche jusqu’à 50 mètres, quand elle résistait précédemment simplement aux éclaboussures. Une fonctionnalité qui permet à Apple de proposer le suivi de la natation, jusqu’à présent absent. Deuxième nouveauté, l’arrivée d’un GPS. Un nouveau capteur permettra par exemple aux joggers de courir sans leur smartphone et de retrouver, ensuite, leur itinéraire dans leurs applications préférées.

Surtout, Apple a annoncé l’arrivée d’une Apple Watch développée en partenariat avec Nike. Le spécialiste du sport, déjà partenaire d’Apple du temps de l’iPod, proposera une version Nike+ de la montre à la pomme. Avec un bracelet plus adapté aux sportifs - en caoutchouc et à trous -, cette édition embarquera aussi de nombreuses applications dédiées à la mesure des performances et à la motivation pour l’exercice. 

Pas question pour autant d’abandonner le design et le luxe qui était le deuxième point clé de l’Apple Watch. "Nous sommes sur des accessoires, donc le design, le style et l'aspect des produits sont fondamentaux", explique Thomas Husson, analyste chez Forrester. Apple a d'ailleurs dévoilé une déclinaison en céramique de sa Watch Series 2.

Sortie annoncée le 16 septembre, à partir de 419 euros, avec un bracelet Sport pour la Watch Series 2. L’édition Nike+ sera, elle, disponible au mois d’octobre.

Withings, le minimalisme

Chez Withings, l’approche de la montre connectée est tout autre. Pendant deux ans, la start-up française (désormais propriété de Nokia) a proposé des montres connectées sans écran. Leur seule connectivité résidant dans un capteur de mesure de l’activité et une connexion Bluetooth avec le smartphone. Principal avantage : offrir un objet au look de montre traditionnelle. 

La dernière version de la montre Withings, la Withings Steel HR, présentée à l’IFA, début septembre s’offre cette fois un écran. Discret, rond et intégré comme un petit cadran supplémentaire dans le cadran principal de la montre, il n’est pas tactile. Sa seule mission : afficher les notifications apparaissant sur le smartphone de l’utilisateur. N’espérez donc pas décrocher avec votre montre ou répondre à un SMS depuis votre poignet. Mais cette connectivité minimaliste n’est pas sans avantage. Premier d’entre eux : l’autonomie. Quand les montres connectées dotées d’un "véritable" écran offrent une journée d’autonomie, la montre de Withings peut tenir 25 jours à l’écart de son chargeur.

Sortie prévue le 1er octobre à partir de 189 euros en blanc ou noir.

Samsung, le tout connecté

Samsung, lui aussi, met en avant sa propre vision des montres connectées. Avec la Gear S3, elle aussi dévoilée début septembre à l’occasion de l’IFA, le constructeur coréen met l’accent sur le tout connecté. Outre une version Classic disponible au mois de novembre, une version Frontier, nettement plus autonome, sera proposée début 2017. Au programme, l’intégration d’une puce 4G pour rendre la montre autonome et permettre à son utilisateur de passer des coups de fil depuis son poignet sans même de connexion avec son smartphone. 

Une vision qui pousse aussi Samsung à mettre en avant les applications développées pour sa montre. Seul problème, celle-ci utilise Tizen, un système d’exploitation méconnu et qui pourrait rebuter certains développeurs. "La logique voudrait que les marques et les développeurs aillent sur l'Apple Watch - en raison du niveau de vente plus élevé, mais aussi parce que le système d’exploitation est plus connu - pour apporter leurs services et offrir un plus à la montre", explique Thomas Husson, analyste chez Forrester.

Malgré cela, Samsung semble rattraper son retard sur le design. Avec une montre, certes imposante, mais qui ressemble à une vrai montre et qui, surtout, est compatible avec tous les bracelets du marché, le constructeur coréen pourrait convaincre une clientèle "majoritairement masculine", comme il l’explique lui même.

La Gear S3 Classic sera disponible au mois de novembre pour 399 euros. La version Frontier sera commercialisée en 2017.