XV de France : "D'ici la fin de l'année, la tempête risque de souffler"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après un nouvel échec cuisant samedi soir face à l'Afrique du Sud, le XV de France se trouve en très mauvaise posture. Et tout particulièrement son sélectionneur, Guy Novès.

ANALYSE

Ce n'est plus une mauvaise passe, c'est un cauchemar qui a déjà trop duré pour la France du rugby. Samedi soir, au Stade de France, les Bleus ont essuyé une cinquième défaite consécutive en match officiel face à l'Afrique du Sud (18-17). Le sélectionneur du XV de France, Philippe Novès, est plus que jamais menacé.

Bien loin des objectifs fixés par Laporte. "Le président (de la Fédération française de rugby, ndlr) Bernard Laporte, c'est un vrai chef. Il avait dit au début de son mandat qu'il ferait le point dans deux ans. Il avait prévenu qu'il ne ferait pas comme son prédécesseur, le président Camou, qui avait laissé Philippe Saint-André rester sélectionneur pendant quatre ans sans rien faire", rappelle Eric Blanc, consultant rugby pour Europe 1. Le patron de la FFR "avait demandé trois victoires sur quatre", souligne-t-il. Or, au vu des dernières contre-performances des Bleus, l'unique victoire possible contre le Japon, samedi prochain, est encore loin d'être assurée.

Laporte pourrait remercier les deux adjoints de Novès. Alors comment pourrait réagir la Fédération française de rugby ? Pour Eric Blanc, "Bernard Laporte serait capable de faire sauter les deux adjoints de Novès." Il prédit alors une réaction radicale du sélectionneur, "marabout de l'Equipe de France", qui donnerait "obligatoirement sa démission". "Ça va être très très chaud", annonce-t-il. Si aucune décision n'est attendue avant la rencontre contre le Japon à l'U Arena à Paris, Eric Blanc s'attend à "des Etats généraux", un véritable "Grenelle" à la FFR. "D'ici la fin de l'année, la tempête risque de souffler…"