Virée à Las Vegas : Castrogiovanni mis à pied par le Racing

  • A
  • A
Virée à Las Vegas : Castrogiovanni mis à pied par le Racing
Martin Castrogiovanni, ici sous les couleurs de la "Nazionale", risque un licenciement. @ MARCO BERTORELLO / AFP
Partagez sur :

Le pilier des Ciel et Blanc risque le licenciement après avoir menti sur la raison de son absence lors de la demi-finale de Coupe d'Europe le week-end dernier.

Alors que ses coéquipiers jouaient, il a préféré prendre du bon temps à Las Vegas... provoquant la colère de son club. Martin Castrogiovanni, le pilier international du Racing 92, a en effet été mis à pied mardi par sa direction, après avoir caché qu'il passait le week-end à Las Vegas en compagnie des joueurs du PSG.

"Un problème de santé en Argentine". Le pilier de la Nazionale ne figurait pas sur la feuille de match pour la demi-finale de Coupe d'Europe disputé par les Racingmen dimanche dernier. Mais alors que les joueurs non alignés devaient quand même être du déplacement pour encourager leurs coéquipiers, l'Italien a lui voulu échapper au voyage jusqu'à Nottingham en Angleterre en prétextant "un problème de santé familial pour se rendre en Argentine". Mais des photos, publiées lundi dans la presse, ont révélé que le pilier des Ciel et Blanc était en fait en escapade à Las Vegas avec des joueurs du PSG.

On l'y voit au bord d'une piscine, lunettes de soleil sur le nez, entre Zlatan Ibrahimovitch et Javier Pastore. Les cinéphiles auront d'ailleurs noté une étrange ressemblance (sans doute recherchée) entre Castrogiovanni et Alan, le personnage interprété par Zach Galifianakis dans le film Very bad trip, sorti en 2009 et dont l'action se déroule à Las Vegas.



Affiche de "Very bad trip"

Warner Bros.


Procédure de licenciement. La réaction de son club n'a pas tardé. Mardi, dans un communiqué, le Racing 92 a fait savoir que Martin Castrogiovanni était mis à pied et qu'"une procédure juridique" allait être lancé. Jacky Lorenzetti, patron du club, a précisé mercredi dans les colonnes du Parisien qu'"une procédure de licenciement" était aussi entamée. "Nous ne pouvons pas transiger avec nos valeurs", explique-t-il, déplorant que le pilier de 34 ans ne se soit "pas montré exigeant avec lui-même".