Valbuena, remplaçant mais indispensable

  • A
  • A
Valbuena, remplaçant mais indispensable
@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

Le meneur de jeu français, joueur le plus utilisé par Deschamps avec les Bleus, a une nouvelle fois prouvé qu’il était indispensable en inscrivant le but de la victoire contre le Portugal (1-0) vendredi soir.

Il a toujours échappé à la comparaison avec Zidane ou Platini, malédiction qui a brisé nombre de carrières de joueurs talentueux en Bleu. Pourtant, si Mathieu Valbuena n’a pas les fulgurances d’un Ben Arfa, la précocité de Mourad Meghni ou le toucher de Samir Nasri, qui ont tous déçu, il est bien l’indiscutable meneur de jeu français aujourd'hui.

36 sélections en 37 matches de l'ère Deschamps. Adoubé par Deschamps qui en a fait son homme de base depuis son arrivée sur le banc des Bleus (36 matches joués sur 37 possibles), Mathieu Valbuena a une nouvelle fois prouvé vendredi soir contre le Portugal qu’il était un joueur majeur de l’équipe de France. D’abord parce qu’il a inscrit le but victorieux à la 85e minute, sur un coup franc direct qui met fin à 7 ans d’inefficacité française en la matière (le dernier avait été inscrit par Jérôme Rothen en 2007 contre les Féroés), mais surtout parce que son entrée tardive a concordé avec une embellie dans le jeu.

Sans Valbuena, le jeu est moins huilé. S’il était remplaçant au coup d’envoi, Valbuena est bien irremplaçable actuellement. Didier Deschamps avait manifestement utilisé cette rencontre amicale placer Paul Pogba plus haut sur le terrain, dans un rôle hybride entre relayeur et meneur de jeu. Si le joueur de la Juve a plutôt fait un bon match, l’animation offensive n'a jamais décollé. Et la rentrée du nouveau joueur de l’OL, même tardive, sonnait comme un constat d’échec pour le sélectionneur français, qui est donc revenu à son système classique où Mathieu Valbuena prend les rênes du jeu.  

Le pari Pogba semble ne pas fonctionner. Dès lors, les transmissions se sont faites plus fluides, et la France, bien aidée il faut le dire par l’apathie portugaise, s’est montrée plus dangereuse. Jusqu’à cette 85e minute où Mathieu Valbuena a logé le ballon sous la barre de Rui Patricio. Un soulagement pour toute l’équipe, même si cette belle réalisation ne masque pas les insuffisances affichées dans le jeu durant la rencontre. Didier Deschamps pensait peut-être gagner quelques certitudes supplémentaires sur son équipe en plaçant Pogba dans une position de créateur. Finalement, le match a eu l’effet inverse : le sélectionneur sait désormais qu’il n’a pas une grande liberté tactique à quelques mois de l’Euro, puisque le jeu français passe avant tout par Mathieu Valbuena.

L'Euro, peut-être le dernier défi de Valbuena en Bleu ? Seulement voilà, s’il sera sûrement encore à son meilleur niveau en juin prochain pour l’Euro, Valbuena a bientôt 31 ans et ne représente pas vraiment l’avenir des Bleus. Mais à neuf mois d’une compétition majeure qui se joue en France, Didier Deschamps n’a de toute façon pas le temps de se projeter sur le long terme et doit déjà se réjouir de pouvoir compter sur lui. Avec une question en tête qui demeure quand même. La France a toujours eu besoin d’un grand meneur pour remporter des titres majeurs (Platini à l’Euro 84, Zidane à la Coupe du monde 98 et à l’Euro 2000). Si Valbuena n’est évidemment pas de la même envergure, ses qualités suffiront-t-elles pour que les Bleus se distinguent ?