US Open: ça passe pour Tsonga, Monfils et Pouille

  • A
  • A
US Open: ça passe pour Tsonga, Monfils et Pouille
@ CHRIS TROTMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

TENNIS - Les trois Français se sont qualifiés pour les huitièmes de finale dans la nuit de vendredi à samedi.

La nuit fut bonne pour les tennismen français. Jo-Wilfried Tsonga et Gaël Monfils ont atteint sans mal vendredi les 8e de finale de l'US Open, tandis que Lucas Pouille a démontré une nouvelle fois tout son talent et son culot pour renverser Alberto Bautista.

Tsonga a géré son match. Pour la troisième année de suite et la cinquième fois de sa carrière, Tsonga sera en deuxième semaine à Flushing Meadows grâce à sa victoire tout en maîtrise face au Sud-Africain Kevin Anderson 6-3, 6-4, 7-6 (7/4). "Je suis hyper satisfait de ma performance", a résumé le Manceau, âgé de 31 ans. 

En proie à des petits pépins physiques après son quart de finale à Wimbledon (blessure à un orteil) et ayant peu joué depuis (éliminations au 2e tour des JO-2016 et en 8e de finale à Cincinnati, soit quatre matches), Tsonga avait rallié New York dans un certain flou, tout en ayant l'impression d'être prêt physiquement. "Je ne suis pas étonné de gagner trois matches ici, j'ai augmenté les séances d'entraînement, j'ai joué beaucoup plus au tennis, pour être mieux au service, frappé plus fort et me déplacer encore plus vite", a-t-il expliqué.

"C'est en train de payer, mais je veux aller plus loin qu'un 8e de finale, sur une surface qui me réussit bien", a souri celui qui célèbre chacun de ses succès new-yorkais en esquissant des gestes de boxe, ou shadow boxing, et non plus de sa célèbre "danse des pouces". "J'ai un petit sac de frappe à la maison, j'aime beaucoup la boxe, cela me fait marrer", a expliqué Tsonga qui n'a jamais atteint le dernier carré à "Flushing", contrairement à Melbourne, Roland Garros et Wimbledon. Pour rejoindre les quarts comme en 2011 et 2015, il devra battre l'Américain Jack Sock qui a surpris le Croate Marin Cilic (N.9), vainqueur de l'US Open 2014 et demi-finaliste en 2015, 6-4, 6-3, 6-3.

Monfils a survolé sa rencontre. Gaël Monfils a encore fait plus forte impression face à l'Espagnol Nicolas Almagro, 48e mondial, balayé en trois sets 6-4, 6-2, 6-4. "Je sens que je rentre bien dans mon tournoi. En ce moment, je joue correctement, mais je sais que je peux encore mieux servir et être plus agressif aussi", a prévenu "La Monf", vainqueur du tournoi de Washington et demi-finaliste du Masters 1000 de Toronto en juillet. Son prochain adversaire, le Chypriote Marcos Baghdatis (N.44), connaît bien la France et le tennis français et s'est incliné contre Monfils en deux sets (7-5, 6-0) le mois dernier à Cincinnati.

La surprise Pouille. Il y aura au moins trois Français en huitièmes de finale puisque Lucas Pouille a également remporté sa rencontre. Le Français a fait craquer le 17e joueur mondial, Bautista, qui a pourtant mené 2 manches à une, avant de sombrer dans le 4e et surtout dans le 5e sets pour s'incliner 3-6, 7-5, 2-6, 7-5, 6-1. "Je ne suis plus le même joueur qu'il y a quelques mois. Depuis Indian Wells (en mars), je n'ai plus chuté, ou fais un match complètement nul. Il faut continuer dans cette lignée", a prévenu Pouille.

A 22 ans, une mois et demi après avoir atteint les quarts de finale à Wimbledon, il ne fait aucun complexe, même si son prochain adversaire s'appelle Rafael Nafal, ancien N.1 mondial et double vainqueur de l'US Open, expéditif contre le Russe Andrey Kuznetsov (6-1, 6-4, 6-2). "C'est l'un des trois-quatre extra-terrestres de notre sport, un modèle, mais c'était avant", a assuré Pouille. Le N.1 mondial et tenant du titre Novak Djokovic n'a pas à eu à forcer son talent pour arriver en 8e de finale: qualifié pour le 3e tour sans jouer après le forfait du Tchèque Jiri Vesely, il n'a passé que 32 minutes sur le court, avant l'abandon de son adversaire, le Russe Mikhail Youzhny.

Un quatrième Français pourrait poursuivre son aventure à l'US Open mais la marche sera assurément plus haute pour lui  : Nicolas Mahut défie samedi le Japonais Kei Nishikori, 7e mondial et finaliste à "Flushing" en 2014.