Rugby-Tournée d'automne : un France-Afrique du Sud sous (grosse) pression

  • A
  • A
Rugby-Tournée d'automne : un France-Afrique du Sud sous (grosse) pression
Ler XV de France a perdu ses deux premiers matches de cette tournée d'automne.@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

Samedi soir, les Bleus vont affronter une Afrique du Sud revancharde, dans un climat de tension autour de ses joueurs cadres.

Une déculottée samedi dernier face à la Nouvelle-Zélande (18-38), une défaite d'un rien mardi mais une défaite quand même face aux baby Blacks (23-28)… Samedi soir, la France va disputer le troisième match de sa tournée d'automne dans un contexte particulièrement tendu, au stade de France à 21h face à l'Afrique du Sud, qu'elle a battu cette semaine dans la course à l'attribution de la Coupe du Monde 2023. Les Springboks, eux aussi en plein doute, vont avoir soif de revanche. Les leaders de l'équipe et le staff français sont attendus au tournant.

L'Afrique du Sud en quête de revanche

La France n'est pas la seule nation de la planète rugby à se remettre en question. L'Afrique du Sud, elle aussi, traverse une zone de turbulences. Après un Four Nations conclu à la 3e place (sur 4), son entrée dans la tournée d'automne n'a pas rassuré : elle a été platement battue par l'Irlande, 3-38. Sabrés par la presse après cette défaite, les hommes d'Allister Coetzee ont donc grand soif de se ressaisir. Le sélectionneur a prévenu : "Nous sommes dans une situation que nous avons déjà connue dans un passé récent et allons rebondir. L'échec irlandais est désormais derrière nous".

000_U712J

Les Springboksaprès leur défaite le week end dernier face à l'Irlande. PAUL FAITH / AFP


Très récemment, l'Afrique du Sud a prouvé qu'elle était en capacité de laver l'affront d'une défaite. Quelques semaines après avoir pris une fessée contre les Blacks (57-0) cette année, elle est parvenue à faire douter les champions du monde en titre malgré la défaite, 25-24. Et souvenons nous aussi que les Springbocks ont battu par trois fois des Bleus, constants dans la médiocrité lors de la tournée de juin (37-15, 37-14 puis 35-12).

Mais le désir de revanche n'est pas sportif pour les Sud-Africains. Le match se déroule trois jours après l'attribution à la France de l'organisation de la Coupe du Monde 2023. Une désignation pas digérée par l'Afrique du Sud. Elle a d'ailleurs dans la foulée dénoncé l'opacité du processus de sélection.

La France en quête de repères

"J'attends (samedi soir, ndlr) une prestation qui se rapproche de celle de mardi à Lyon, une fierté que nous n'avions pas samedi dernier", a expliqué le sélectionneur des Bleus Guy Novès jeudi. Le ton est donné : la pression sera aussi individuelle pour les Bleus. C'est que mardi soir, les coiffeurs qui ont affronté la Nouvelle-Zélande au Groupama Stadium de Lyon ont montré acharnement et ténacité au combat. Et malgré une nouvelle défaite, ce XV de France bis n'a pas démérité, après seulement deux entraînements au compteur. Pourtant, parmi l'effectif sur le  terrain au coup d'envoi, six joueurs n'avaient jamais été capés et les autres n'avaient à leur actif qu'une poignée de matchs en Bleu.

1

Gabriel Lacroix a marque deux essais face aux Blacks mardi. FRANCK FIFE / AFP


Des avertissements et un "droit de se racheter". De quoi donner des idées de chambardement dans le groupe des titulaires ? Que nenni puisque Guy Novès a reconduit pour affronter les Boks exactement le même XV que face aux Néo-Zélandais. "Cette équipe a le droit de se racheter", s'est justifié l'ancien entraîneur du Stade Toulousain. Mais en déclarant attendre une copie similaire à celle de mardi, nul doute que Novès met la pression sur son équipe A. D'autant plus qu'après la défaite face aux Blacks, certains propos ont visé directement la piètre prestation de certains cadres.

"Le problème", pour Yannick Bru qui entraîne les avants tricolores et qui se confiait à Rugbyrama, "ce sont ces erreurs individuelles importantes, parfois de joueurs majeurs, qui ont provoqué la chute de la cordée au fond du ravin". Et de rappeler au cas où des Bleus l'auraient oublié : "les joueurs leader doivent tirer le collectif vers le haut". A se pencher sur leur match face aux Blacks, certains n'ont en effet pas manqué de se planter, à l'image du capitaine en personne, le talonneur toulonnais Guilhem Guirado, auteur "d'une grosse erreur défensive sur le premier essai néo-zélandais, pas normal à ce niveau", estime Yannick Bru. 

Un objectif déjà raté. L'objectif de cette tournée d'automne était de remporter au moins trois matches sur quatre. Tel était en tout cas le souhait du patron de la FFR, Bernard Laporte. Il est d'ores et déjà raté maintenant qu'il ne reste plus que deux rencontres, samedi face aux Sprinboks, puis face au Japon samedi 25 novembre.

Une hécatombe de blessures. Certes, le destin a été fâcheux avec le XV de France ces dernières semaines. Guy Novès et son staff a dû notamment faire face à une avalanche de coups durs. "On laisse des joueurs fatigués au repos en juin et au lieu de les retrouver frais en novembre, on est obligés de s'en passer car ils sont blessés, c'est difficile", expliquait Novès dans une interview jeudi. En tout, 16 forfaits sont venus à chaque fois affaiblir l'effectif français en le privant parfois de leaders à leur poste, tel les centres Wesley Fofana et Rémi Lamerat, l'ouvreur Camille Lopez ou encore les ailiers Virimi Vakatawa et Noa Nakaitaci.

000_U97V0

Guy Novès avec Jeff Dubois et Yannick Bru. FRANCK FIFE / AFP


Poussé vers la sortie ? Mais cette hécatombe n'explique pas tout. La réalité est que le XV de France aligne toujours les défaites, cinq d'affilée à ce jour. Une nouvelle samedi pourrait être fatale à Novès. Désormais à mi-mandat, la déception peut être grande, alors qu'il avait soulevé un vent d'enthousiasme à son arrivée au poste de sélectionneur. Promesse d'envoyer du jeu, accord entre la FFR et la Ligue pour mieux préparer les internationaux… Tout s'accordait pour que les Bleus moissonnent plus de victoires que sous le mandat Saint-André. Et s'il n'est pas remercié, Guy Novès pourrait voir au moins une partie de son staff limogée. Voire être lui-même mis sous tutelle, comme le rapporte L'Equipe. Une manière indirecte pour Bernard Laporte, le patron de la FFR, de pousser le Toulousain à démissionner. La perspective de la Coupe du Monde 2023 en France ajoute à la pression. Car, à domicile, tout le monde attend un XV de France plus dominant. On en est très loin aujourd'hui.