Rugby : Thierry Dusautoir tire sa révérence

  • A
  • A
Rugby : Thierry Dusautoir tire sa révérence
L'ancien capitaine emblématique du XV de France Thierry Dusautoir a joué samedi son dernier match sous les couleurs du Stade Toulousain. @ REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

L'ancien capitaine emblématique du XV de France a disputé la dernière rencontre de sa carrière hier sous les couleurs du Stade Toulousain. 

L'ancien capitaine emblématique du XV de France Thierry Dusautoir a joué samedi son dernier match sous les couleurs du Stade Toulousain. Un club avec qui il a tout gagné et qu'il quitte en pleine crise. A son entrée sur le terrain, pour sa 249e et ultime rencontre en rouge et noir, le troisième ligne aile est apparu très marqué par l'émotion. Avant de sortir à la 78e minute sous les ovations du stade Ernest-Wallon.

Une carrière prolifique. Après plus de 400 matchs professionnels, et un palmarès plein (cinq titres de champion de France, une coupe d'Europe en 2010 et une finale de coupe du Monde avec les Bleus), le joueur de 35 ans a quitté son club de cœur à l'issue d'une nette victoire face à Bayonne 40-12. Le seul enjeu de cette rencontre face aux Basques, déjà relégués, étaient les adieux du "Dark Destroyer". Car le club le plus titré du rugby français (19 Brennus, 4 Coupes d'Europe), qui finit la saison à une incroyable 12e place, sait depuis l'humiliation subie à Castres (7-52) samedi dernier qu'il ne participera pas aux phases finales pour la première fois depuis 41 ans.

Le Stade Toulousain en crise. Capitaine le plus capé de l'histoire des Bleus (56 fois en 80 sélections de 2006 à 2015), Thierry Dusautoir laisse derrière lui un club en difficultés financières et secoué par les luttes intestines au sommet et les tensions dans le vestiaire. Des tensions illustrées cette semaine par les critiques virulentes de Patricio Albacete, grand ami du jeune retraité, à l'égard de l'entraîneur Ugo Mola, accusé de ne pas avoir eu "les épaules" pour remplacer Guy Novès et par l'éviction de l'entraîneur des trois-quarts Jean-Baptiste Elissalde. Des tensions qu'il faudra désormais régler sans Dusautoir.