Rafael Nadal remporte son neuvième Roland-Garros

  • A
  • A
Rafael Nadal remporte son neuvième Roland-Garros
@ Reuters
Partagez sur :

RÈGNE SANS PARTAGE - En s’imposant en finale face à Novak Djokovic (3-6, 7-5, 6-2, 6-4), Rafaël Nadal s’adjuge son neuvième Roland Garros. Un record.

Le Philippe Chatrier a des airs d’arène de corrida. Depuis une décennie, le roi de la Porte d’Auteuil est espagnol. Depuis une décennie, il rougit l’ocre du Philippe Chatrier du sang de ses adversaires. Sur le sable surchauffé d’un central aux airs d’arène de corrida, le torero s’appellait bien Rafaël Nadal ce dimanche. (3-6, 7-5, 6-2,  

Ses grands coups droits liftés, comme les élégants gestes des matadors, cape rouge à la main, lui ont permis de mener la danse. Une danse en quatre tercios, quatre sets où Novak Djokovic a tenu le rôle de la bête blessée.

Nadal-coup-droit

© Reuters

Picador et taureau furieux. Dans ce combat, "Rafa" s’est d’abord mué en picador, pour énerver l’adversaire. Il s’y est appliqué en faisant gicler la balle en coup droit, mis en confiance dans ce secteur du jeu après sa demi-finale survolée face à Andy Murray. Mais Novak Djokovic n’est pas le même joueur que l’écossais.

Plus puissant, plus endurant, plus agressif, il désarçonne un Rafa balbutiant dans ce premier set. A 4-3 en sa faveur, le taureau Djoko augmente la cadence en coup droit. Nadal manque de longeur de balle et cède son engagement. Le Serbe charge tête baissé, excité par la perspective d’entretenir le doute chez Nadal. 6-3 première manche. Mais l’Espagnol a encore des banderilles à lancer.

Nadal-glissade

© Reuters

Banderilles, esquives et "Vamos"En bon torero, Nadal danse avec la mort, flirte avec la défaite sans jamais sombrer. Malmené, il reprend des forces dans la deuxième manche. Banderille après banderille, il fatigue son adversaire par son lift surpuissant, le démoralise par ses contre-amorties. Mentalement et physiquement, il repasse devant. Et breake au meilleur moment, à 6-5 en sa faveur. Clameur du Chatrier et "Vamos" bien mérité. Sur ce tercio remporté 7-5, le match va tourner.  

Djoko-décu

© Reuters

L’homme a dompté la bête. Rafa saisit alors la muleta et agite le chiffon rouge. Après un rapide break, le Chatrier sent que l’homme a dompté la bête. Plus puissant, plus précis dans son placement, il esquive les charges et contre les attaques de son rival. Mais Djokovic a le mérite de ne pas se décourager et retourne au combat, prêt à encorner. Il y parvient presque à 4-2 pour Nadal, mais sur une énième amortie bien sentie, l’Espagnol s’en sort indemne et ne sera plus rejoint. 6-2.

Estocade et coup de grâce. Le public retient son souffle et sent venir l'estocade. Elle surgit à 3-2 pour Nadal, sur le service de Djokovic. Au prix d'un enième rallye, les balles bombées de l'Espagnol achèvent le numéro deux mondial qui cède son service. Le souffle court, il lutte encore avec l'énergie du désespoir et trouve la force de revenir à hauteur. Derniers mugissements du taureau avant le coup de grâce, qui intervient dans le dixième jeu. Sur son service, "Djoko" se met à mort tout seul avec une double-faute sur la balle de match. Le match terminé, le torero reste comme à son habitude modeste dans la victoire. La voix étranglée, il déclare en Français : "Après ma défaite en finale de l'Open d'Australie (sur abandon face à Stanislas Wawrinka), j'ai l'impression que le tennis m'a rendu ce qui m'était arrivé à Melbourne. Je vous remercie tous, pour moi, c'est difficile de parler." En guise de récompense, le public du Chatrier ne lui offrira pas les oreilles de son adversaire. Björn Borg en revanche lui remet la Coupe des Mousquetaires. Pour la neuvième fois de sa carrière.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)
 

DOUBLE - Le titre pour Benneteau et Roger-Vasselin

FEMMES - Sharapova règne sur Roland Garros