Maria Sharapova règne sur Roland-Garros

  • A
  • A
Maria Sharapova règne sur Roland-Garros
@ Reuters
Partagez sur :

AU BOUT DE L'EFFORT - En s’imposant face à Simona Halep (6-4, 6-7, 6-4), elle s'adjuge le cinquième Grand Chelem de sa carrière.

Deux styles différents sur le même court. La diva contre la discrète, des cris perçants contre un calme épatant, l’attaquante puissante contre la contreuse intelligente. Tout oppose Maria Sharapova et Simona Halep. Elles se sont pourtant retrouvées sur le Philippe Chatrier ce dimanche. Et c’est Sharapova qui est sortie vainqueur de l’affrontement au terme d’un match de grande qualité (6/4, 6/7, 6/4). Les dernières finales féminines de Roland Garros avaient laissé les spectateurs sur leur faim (la dernière finale disputée en trois sets à Roland Garros remonte à 2001). Trop rapides, trop peu disputées. Halep et Sharapova ont donc rattrapé ces années de disette en offrant aux spectateurs du central un combat d’une intensité rare. Tout simplement la deuxième finale la plus longue de l'Histoire de Roland-Garros, derrière celle remportée par Steffi Graff devant Arantxa Sanchez en 1996.

Que des premières dans ce premier set. Et comme les deux joueuses n’ont rien fait comme d’habitude dans ce match, c’est Maria Sharapova qui remporte la première manche 6/4 alors qu’elle avait perdu le premier set aux trois tours précédents. Simona Halep, elle, n’avait pas perdu le moindre set. Il aura fallu attendre la finale pour que Sharapova mette fin à sa série. Pourtant, la quatrième joueuse mondiale était la mieux partie puisqu’elle breake d’entrée la tsarine dans un feu d’artifice de coups gagnants. Mais peu à peu, Sharapova fixe Halep sur son revers, anticipe les contre-pieds tentés par la Roumaine. Monstre de volonté, elle parvient à recoller, puis trouve la force de remporter le premier set sur le service de son adversaire après une heure de jeu (6/4).

Halep

© Reuters

Un tie-break haletant. La deuxième manche est un miroir de la première. Les rôles s’inversent, puisque sur sa lancée du cette première manche victorieuse, la grande Maria caresse les lignes de son coup droit et vire en tête, 2-0. Pour sa première finale en Grand Chelem, Simona Halep ne se démonte pas et continue à jouer juste. Plusieurs longs rallyes et une défense héroïque lui permettent de recoller. Le tout sous les encouragements de son clan, venu nombreux, et plus particulièrement de son agente, Virgina Ruzici (la dernière roumaine à avoir gagné Roland-Garros en 1978). Les "Simona" fusent également dans le public pour la soutenir dans un huitième jeu crucial où elle sauve deux balles de break. La cadence est telle que les deux jeunes femmes souffrent physiquement et cèdent tour à tour leurs engagements. Malchanceuse, Simona Halep casse son cordage au moment de conclure. Quelques points avant, Sharapova avait débreaké avec l'aide du filet. Mais le sort n'a pas plus de prise que la fatigue sur la Roumaine de 22 ans, qui remporte le jeu décisif de ce deuxième set (7/5 dans le tie-break).

Maria

© Reuters

Au mental. A ce moment, la tendance est clairement en faveur de Simona Halep. On se dit que Maria a raté sa chance, qu'elle est fatiguée, usée. C'était sans compter, encore une fois, sur sa rage et sa volonté. Par deux fois, elle parvient à prendre le service de son adversaire. Par deux fois, Simona Halep revient. Mais le troisième break sera la bon. En plus de trois heures de jeu, elle s'impose au bout du suspens (6/4, 6/7, 6/4).

36 ans après, Simona Halep ne prendra donc pas la relève de son agente, vainqueur cette année-là, effondrée en tribunes. Maria Sharapova, elle, peut soulever le trophée Suzanne Lenglen pour la deuxième fois de sa carrière. La Tsarine conserve son trône porte d'Auteuil.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

PARCOURS - Sharapova en finale

PREMIÈRE - Halep rejoint Sharapova